le Web : Désocialisation ou hypersocialisation ? - Interview Antonio Casilli - Internet Actu

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 4260 (6 par jour)
A Jour

le Web : Désocialisation ou hypersocialisation ? - Interview Antonio Casilli - Internet Actu


Dans son article d’internet actu [1], Antonio Casilli : “Le web ne désocialise pas plus qu’il n’hypersocialise, mais il reconfigure notre manière de faire société”, insiste sur

  • « la place intime » prise par l’ordinateur, conduisant à « une reterritorialisation » au sein de l’espace domestique, l’espace technologique, l’espace social… « On vit dans un milieu assisté par les machines à communiquer qui changent la forme de la relation sociale ».
  • « Le mobile prolonge ce même processus de miniaturisation et de reterritorialisation. L’ordinateur colle désormais un peu plus à nos corps, comme ces mobiles qui frottent nos cuisses ou nos hanches depuis les poches où on les range. Ils sont devenus un attribut de la corporalité des usagers »
  • la nécessité de « recentrer un débat, pour l’instant figé dans la polarisation technophile-technophobe » en comprenant mieux « ce que l’on entend par forme d’échanges authentiques » .
  • le positionnement de chacun : « Ces technologies nous aident à mieux maîtriser notre “positionnement social”… C’est tout l’enjeu de la question de l’homophilie. [2] »
  • « Dans l’influence sur la création de liens dans les réseaux sociaux, type Facebook… il est important de voir …. que l’homophilie ne joue pas. Ou en tout cas, beaucoup moins que les traits culturels, les expériences ou les goûts affichés. »
  • « La solution technologique et la solution sociale se superposent et créent des confusions, comme dans le cas de la rupture d’amitié sur Facebook »…. On peut désormais être fan d’un collègue de travail comme on l’était dans les années 90 d’une célébrité…. La liaison numérique pose également la question de la maîtrise de l’identité.
  • Conclusion de l’auteur : « Le web ne désocialise pas plus qu’il n’hypersocialise, mais il reconfigure notre manière de faire société. »

A lire aussi

Le paragraphe « Eternellement jeunes ou tous nés du numérique ? » dans Générations et/ou technologies (H.Guillaud) : « Le sociologue Antonio Casilli (blog), enseignant à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et chercheur au centre Edgar Morin, a fait l’une des plus brillantes présentations de Lift en dressant une archéologie sociale du concept des “natifs du numérique (Digital natives) et en montrant combien elle nous condamne à demeurer éternellement jeunes. »

Voir en ligne : Antonio Casilli : “Le web ne désocialise pas plus qu’il n’hypersocialise, mais il reconfigure notre manière de faire société” - Interview Internet Actu
le 14 septembre 2010 par Redaction Wirkers

Notes

[1] Interview d’H.Guillaud

[2] « Homophilie : on a tendance à s’associer à des gens avec lesquels on partage des formes de complémentarité liée à la langue, au sexe, au niveau culturel ou à l’ethnicité » Cf Etude de l’homophilie socioprofessionnelle à travers l’enquête contacts - AS.Cousteaux et Y.Lemel - Insee - Documents de travail du Crest 

Mots clés associés