Transformer nos comportements - Identités de nos villes numériques - Usages pour quel futur ? - Angers Technopôle 21-nov-2011

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 42965 (1571 par jour)
Stratégies et Usages pour quel futur ?

Transformer nos comportements - Identités de nos villes numériques - Usages pour quel futur ? - Angers Technopôle 21-nov-2011

Ci-dessous les visuels de mon intervention lors de la rencontre du 21-11-2011 :
« Les villes numériques, quels usages pour quel futur ? » - Angers Technopôle

Villes Numériques Usages pour quel Futur - Wirkers.001

Villes Numériques Usages pour quel Futur - Wirkers.001


Principaux échanges de la rencontre

Conférence :

  • Philippe GARGOV – Ville numérique, complexe, sans limite…entre utopie et réalisme ? » - [pop-up] urbain
    • Exploiter le pouvoir de révélation des représentations urbaines dans la culture populaire afin de mieux comprendre les enjeux de la ville de demain
    • De quoi le ville numérique est-elle le nom ? Fantasmes… (ville idéalisée , ubiquitaire.., Ville augmentée) - Réalités ( la mobilité augmentée) - ville Hybride (homme cyborg, océan de capteurs, déluge de données) - dans la ville numérique manipulation et être manipulé… se perdre dans un flot de données publiques (open data) ou privées (folksotopies), la géolocalisation, bavardage et curiosité… la ville numérique est une ville qui jacasse… Vers où veut-on aller et comment construire ces données.
    • De la Smart city à la Clever city : urbaniser les technologies Saskia Sassen - la ville doit s’adapter aux évolutions - rendre les technnologies adaptables… Smart (élégant, malin, habile, chic, vif, cinglant) , Clever (astucieux, futé, agile, prudent…)
    • Boîte à outils de la ville astucieuse :
      • Rendre la ville complexe plus familière : urban analytics, basées sur les données des citadins… par ex pour suivre des touristes à partir de photos géotaguées… Construire de nouveaux réseaux d’information collaborative, Intelligence des foules au profit du temps réel (Waze)
      • Ville plus désirable : incitation ludique… sur les arrêts de bus… Gamifier les transports publics… Cela crée de l’occupation durant les temps d’attente subi dans les transports publics.
      • Comment pacifier la ville complexe : Lire et ecrire avec les habitants… nouveaux media pour la contribution des habitants dans la gouvernance de la ville (« Service Lab » User Studio« - »« Ville sans limite » UFO / Ubisoft")… Services numériques pour restituer la mémoire des lieux (« Memory Traces », MIT Mobile Experience Lab)… Recréer des centralités éphémères (« Le BULB » par Pixel 13)…
      • Rendre la ville complexe plus vivable : Intégrer le citadin dans la maintenance des territoires. Renforcer l’appropriation des espaces (« Beecityz, outil de gestion des requêtes de citadins », La Netscouade)… Miser sur l’agilité urbaine avec des mobiliers éphémères… Accompagner les usages émergents… Faciliter les opportunismes de l’homme-mobile
    • Plaidoyer pour une utopie pudique : En finir avec les imaginaires exhibitionnistes… L’Innovation n’est pas une réponse suffisante, il faut rencontrer les usages, champ des possibles, champ de bataille des innovateurs… Ne pas faire un futur programmé… Aller vers une Wise city (sage, judicieux, pertinent, être au courant de…)
    • Accès à la présentation
    • De la smart city à la « clever city » : la boîte à outils de la ville astucieuse (Angers Technopole)

 
Témoignages :

  • Laurent POUCAN – Pôle ressources & TIC, Angers Loire Métropole
    • Et mon quotidien numérique, face a la coordination des acteurs d’un grand projet.
    • Cantine numérique associée à une maison des projets d’usages… ( par ex s’aproprier le projet des berges du Maine, l’affichage numérique avec du partage publicitaire, diffusion des oeuvres numériques)
    • Maintenance des salles informatiques dans les écoles…
    • Se géolocaliser sur un parcours de tramway pour accéder à l’histoire des lieux du patrimoine (application pour mobile Laisser vous conter Angers au fil du Tramway) avec texte, audio, images, langue des signes… pour préparer sa visite… ou s’arrêter dans un cheminement…
  • Jacques CHATIGNOUX - Potentiel Services Wirkers - Transformer nos comportements et l’identité de nos villes numériques - En complément des diapos ci-dessus, quelques précisions ou pistes à explorer. Me contacter pour développement.
    • Posture de coopération et Esprit du découvreur Le début de la courbe d’apprentissage pour chacun… Décaler son regard… Déviance… Penser Métamorphose… Parole donnée…
    • Ville numérique acentrée en réseau
    • Culture ingénieur et urbaniste… L’homme de l’art sceptique
      • C’est son honneur d’inviter à penser et pas seulement à juger des choix ou des variantes. « Je ne recherche que la vérité. Sur le fond de mes évidences propres, fruits d’une vie de méditation, je vais dire ce qui me semble vrai. Je proposerai des analyses, je donnerai des raisons, j’avancerai des arguments ; des preuves je ne puis en fournir. vous êtes donc libres de penser que je me trompe, que je suis dans l’illusion… » [1]
      • Penser au labyrinthe de Chartres - Cf aussi le labyrinthe de Chartres et le nom de la Rose.
      • La Tour eiffel désarticulé ou la Tour rouge, 1911 : "A la façon des cubistes, il intègre différents points de vues et facettes de la tour, et utilise sa structure ajourée pour faire vibrer la lumière. Sa couleur la distingue des fumées et immeubles qui l’entourent, sa distorsion participe à l’énergie urbaine. Suspendue, aérienne, la tour semble danser dans le brouhaha de la ville".
      • Le carré de création de valeur. Le Citoyen pro-acteur dans la plasticité numérique de la ville, ses émotions…
    • Fragmentation ville numérique interactive
      • Employabilité numérique au coeur. Aptitudes de la ville… des habitants… des acteurs… à répondre aux mots subissant l’implosion, la fragmentation imposées à l’aube de notre époque numérique.
    • Gouvernance territoires numériques
      • Territoires numériques, e-territoires, numérisation des territoires, numérique dans les territoires…
      • Je fais, je dis donc je suis… Reste à capter l’attention dans un univers de multiples communautés.
      • La question des modes ou des contenusRéapprendre à réfléchir et pas se limiter à du buzz. La différenciation et la pérennité des villes comme des territoires se forgent, pour le long terme, sur des produits et services qui installent une marque, « le sérieux, la réputation d’une maison » : Ma Ville Acentrée !
      • « Partager le pouvoir pour mieux se nourrir de la vitalité de l’individu.…Accepter de perdre le contrôle pour gagner en puissance… Croiser les regards… Capacité à fonctionner en capillarité… Partager son expertise… 20% de temps libre pour usager personnel (capitaliser sur la créativité de chacun)… La culture du débat… Evaluation par ses pairs… Le règne des sensations… Sortir de sa bulle… un déclic pour évoluer. » (Cf ci-dessous lien Grh Google)
    • Usager numérique géolocalisé
      • La question du respect de la vie privée et traçabilité, mais aussi l’usage de pseudonymes : Androïde sous surveillance - Mobilités et innovations d’usage - Journée d’étude PraTIC - lundi 22/02/10 - Compte-Rendu
      • « La dynamique communautaire repose avant tout sur l’empathie (”je cherche des personnes ayant eu la même expérience que moi“) des membres qui cherchent à partager une passion ou un vécu »
      • A propos du local numérique : Continuer à explorer ce qui fait dans une société de flux numériques a-centrés le vocabulaire : local, territoire, proximité, limites, développement, métrique territoriale… Penser surtout échelles et composantes de territoires numériques instables voir fugaces… L’agilité apprenante n’est pas tout, elle interfère avec l’employabilité (aptitude à) numérique des habitants… et tous ne sont pas égaux… C’est là que se trouvent, comme dans toutes les époques, les fondamentaux du développement des territoires comme des nouvelles cités numériques.
        • Autour de l’intelligence territoriale collective cf Pour une critique de l’intelligence collective de Philippe Quéau [2]
        • Ne pas oublier dans cet esprit les fortes disparités dans la capacité conversationnelle des individus : Vers un management de la conversation… Clic ou Déclic à la Tribune ?
        • Sur les mutations culturelles en cours autour des questions du « Cultiver le lien plus que le lieu » relire Non-Lieux de Marc Augé [3]. Ce repère « Lien / Lieu » doit aussi être apprécié sur trois points : Ce qui fait la valeur d’une cité numérique - L’enjeu de la commercialisation des territoires numériques ou non- L’univers des mobilités dans un univers a-centré.
    • Incidences pratiques numériques de travail
    • Comment progresser en contexte numérique ?
    • Liens  : A explorer ci-dessous
  • Reynald WERQUIN – BSE Group, Club de l’Arche
    • Internet citoyen : 3D Vivre autrement votre territoire
    • De la ville réelle au territoire virtuel pour s’y projeter
    • Des hommes ou des avatars
    • Info du citoyen avec l’open data
    • Social Local Mobile SOLOMO… m’intégrer dans un univers…
    • Toujours une démarche humaine…
    • Territoire 2.0 : participàtion forte des citoyens… Le virtuel doit rendre les liens réels et non l’inverse
    • Assurer la responsabilité et créer des liens sociaux intergénérationnels.
    • E-citoyen Eco2 Citoyen Participatif : nouveaux usages du web.. Faire vivre ma ville.
    • Implication citoyenne entre gens qui ne se connaissent pas et tissent du lien social.
    • Modèle de ROI immédiat : com agile, visibilité permanente, dynamique commerce de proximité…
    • 3D immersif, un avatar réaliste…
    • Accès à la présentation à venir
Haut de page

Liens suggérés :

A voir aussi A Angers, la net-économie n’est pas un vain mot - Angers en sixième position dans le trophée « Google e-Villes »

Haut de page

Voir en ligne : Les villes numériques, quels usages pour quel futur ? - Angers Technopôle 21 novembre 2011 - 49 - Maine-et-Loire
le 21 novembre 2011 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 14 mai 2012

Notes

[1] Le scepticisme philosophique et sa limite par Marcel Conche - Cf Le magazine Littéraire N°394 janvier 2001 consacré au Retour des sceptiques. Cf aussi Crédibilité du discours de l’ingénieur et histoire des sciences.

[2] « Ce terme (intelligence collective) est trompeur parce qu’une collectivité n’est pas un sujet, et ne peut donc être « intelligente » en soi. Ce sont les sujets pensants qui composent la collectivité qui peuvent être (plus ou moins) intelligents. Ce sont ces sujets qui sont des substances pensantes. La collectivité n’existe pas en temps que substance pensante. La collectivité ne peut être dite « intelligente » ou « pensante » que par métaphore et de manière fortement impropre. Ce terme est surtout dangereux car si l’on poussait l’idée d’intelligence collective à l’extrême, cela reviendrait à réduire l’individu à un point anonyme et sans valeur, et à valoriser le collectif comme seul « sujet » de l’histoire. Or ceci est un point largement discutable et discuté. » - Pour une critique de l’intelligence collective de Philippe Quéau"

[3] « Si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel et historique, un espace qui ne peut se définir ni comme identitaire, ni comme relationnel, ni comme historique définira un non-lieu » - « Non-Lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité » par Marc Augé, Ed. Le Seuil 1992. A voir aussi Le tiers Etat. des tiers-lieux et Les lieux et non-lieux de l’interconnexion .