Sociabilités, Valeurs, Territoires - Enjeux pour l’entreprise - Chemins de Traverse - Wirkers

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 2636 (3 par jour)
Intro au débat

Sociabilités, Valeurs, Territoires - Enjeux pour l’entreprise - Chemins de Traverse - Wirkers

Aujourd’hui, tout dirigeant doit explorer les sujets en mouvement : sociabilité, création de valeur, lignes de force des territoires émergents… Ils constituent le contexte de développement pour ses marchés et la réussite de son entreprise.


Sociabilités, Création de Valeurs, Territoires… Quels repères

  • La Sociabilité se modifie, sous la pression des modes du net en favorisant de nouveaux lieux, la multiplication d’identités. Principales évolutions dans des secteurs cibles :
    • Séniors : économie de la dépendance, valorisation de leurs activités loisirs, capacité lobbying, population e-seniors.
    • Fonctionnaires Etat et locaux : en interrogation suite à la réduction des effectifs et aux difficultés financières des collectivités locales ; avec crainte de basculer dans des « agences » au statut para-public / privé et insécurité sur les réductions de retraite.
    • Classe moyenne : en survie économique et diminution de la représentation sociale durant les prochaines années ; de plus en plus en logique d’exclusion, par ex des centres villes.
    • Pauvres : logique du micro-crédits et des biens internet autour de 1€. Faut-il avoir les équipements numériques et l’accès au réseau.
    • Jeunes : population fragmentée dans l’adhésion à telle ou telle mode ou communauté, très fugace et instable en fonction de l’utilité personnelle d’un réseau ou d’une information. Une partie d’entre elle est engagée et active sur des thèmes mobilisateurs comme les valeurs, l’éthique, l’horizon non dégagé.
  • La Création de valeur se déporte économiquement et socialement vers les flux numériques. Même avec des codes bien identifiés pour l’entreprise Web2.0 ; elle évolue sous les coups de butoirs des réseaux sociaux, des nano-technologies, de la crise, de la dillution des territoires, de l’instabilité générale des systèmes.
    • Un axe porteur de décryptage pour en expliquer les tenants et aboutissants à de acteurs inquiets ou déboussolés face aux déploiements des usages numériques.
    • La création de valeur doit être « affectée » de plus en plus à un contexte expérience utilisateur, à une logique réseau… Ceci du fait de « valeurs » gratuites par le net, d’une évolution dans les désirs de propriété au bénéfice des valeurs d’usages et d’identité, de l’instabilité générale des repères, du caractère infidèle des internautes et de la segmentation des réseaux d’appartenance.
    • La prise en considération des performances marginales joue comme effet de levier en s’appuyant sur les réseaux des collaborateurs, les comportements d’adhésion envers les buzz circulant sur le net, les facteurs éphèmères et instables du net.
    • Les évolutions du management et des processus de production dont les certifications classiques iso ou label ne suffisent plus à assurer la crédibilité tant vis à vis des donneurs d’ordre que des clients.
  • Lignes de force des territoires émergents pour les projets et les marchés
    • Les territoires physiques demeurent ainsi que les cultures territoriales… mais les valeurs ajoutées comme les projets changent d’échelle via les communautés d’intérêt. Cela concerne le développement local, les logiques d’implantations industrielles, les capacités et bassins d’employabilité.
    • Pour les entreprises, cela signifie des marchés de niches ou éclatés entre divers territoires ou communautés avec nécessité d’adapter finement l’argumentaire.

Comment progresser en empruntant les chemins de traverse, alors que « tout » conduit à la complexité

  • Se réapproprier les fondamentaux de l’organisation,
    • Jouer la potentiel de ses hommes, dans leur ouverture externe et leur employabilité à travailler en interconnexion de savoirs.
    • Interfacer davantage les réalités de l’entreprise aux sujets d’aujourd’hui… par ex considérer le design sous sa double référence… à la fois design pour tous, mais aussi déclinaison conjointe d’un dessin dans un vaste dessein. Intégrer le fait du décalage entre certains documents d’urbanisme et les réalités prospectives d’évolution des territoires. Prendre en considération les capacités positives et néfastes des internautes et leur capacité à la réactivité et à la mobilisation.
  • Faire circuler l’idée qu’un réseau en émergence est d’abord un atout, une richesse plus qu’une perte de pouvoir ou de maîtrise des évolutions.
  • Jouer le respect des collaborateurs, la pleine transparence, la confiance utilisateurs, l’éthique des affaires… fort compatible avec les activités de lobbying, d’innovations et le positionnement stratégique ou tactique… Ne pas se limiter aux discours de communication ou de marketing.
  • Identifier « sa » méthode pour capter l’attention des cibles, dans un univers saturé de flux d’information… sachant qu’il n’est toujours "pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
  • Bien intégrer les capacités d’initiatives de la cible - consommateur / usager - sur le net comparables à celle de décideurs des entreprises ; dans un contexte de sociabilité fugace, intense et localisable.

Voir en ligne : Sociabilités, Valeurs, Territoires - Quotidien de l’entreprise - Chemins de Traverse - Wirkers

le 30 novembre 2010 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 1er décembre 2010