Salon des Entrepreneurs - Ennui et Décalages dans le numérique et le local - Paris février 2012

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 3627 (6 par jour)
Info Vie Pro N°795-2156

Salon des Entrepreneurs - Ennui et Décalages dans le numérique et le local - Paris février 2012

Commentaires

La visite du salon des Entrepreneurs (groupe Les Echos) ce Jeudi 3 février révèle un fort ennui et divers décalages avec notre époque numérique doublés d’une méconnaissance des énergies qui se déploient au plus près des micros territoires de nos villes et campagnes.

Contexte

  • Question organisation : Le Palais des Congrès avec la circularité et les volumes contraints provoque un « étouffement » de l’espace des stands et des encombrements dans les circulations, indépendamment de la fréquentation. Par ailleurs plusieurs conférences près des stands débordaient largement, car manifestement sous-dimensionnées.
  • Les exposants : Présence de la « chaîne classique des acteurs de l’offre de services » - banques, opérateurs télécoms, institutions administratives, collectivités locales, intermédiaires de services et conseils, grandes écoles… Une seule présence international avec le stand du Nouveau-Brunswick Canada.
    Sur le relationnel : deux stands seulement privilégient le bilatéral avec discrétion (experts comptables - notaires)… Quelques autres s’efforcent de faciliter une certaine discrétion (Urssaf, Ram, Impôts, divers stands de collectivités, organismes de développement ou consulaires). Les autres sont surtout présents pour distribuer de l’information papier et collecter des informations nominatives.
  • Sur les visiteurs : Hormis les jeunes en grand nombre, la présence de visiteurs dépassant la cinquantaine voir « plus que séniors » confirme ce que nous pouvons voir dans d’autres salons. Le besoin de compléter ses ressources en activité comme en retraite est prégnant.

Décalages

  • Notre époque numérique : Quasiment jamais de ressenti de type communauté d’adhésion… ou séduction dans l’esprit du « j’aime » des réseaux sociaux… ou encore des dynamiques de contenus / empathie sur les réseaux communautaires avec implication des membres (ce qu’en dit Dominique Dupagne "Le contenu attire l’internaute, la communauté le retient”.)
    Aucune personnalisation / design des stands traduisant les valeurs / états d’esprit de notre époque numérique. A nouveau, une impression de « passe-partout vieillot » des exposants. Même Viadeo ne déroge pas à cette impression… Juste quelques jeunes avec casquettes colorées déparaient dans ce triste paysage « institutionnel ». En tout cas aucun geek, aucun Fab-Labs à l’horizon… Intéressant comme constat alors que le jour même débute l’introduction de Facebook en bourse…
    Dommage de ne pas savoir joindre l’utile à l’agréable, au surprenant, à l’étonnement… Un salon à minima alors qu’il s’adresse à des Entreprenants exprimant des envies !
    Pour le moins très peu d’applicatifs utilisables en mobilité / nomadisme, qui pourtant représente 1/3 des internautes… Et encore moins d’informations disponibles sur le déploiement numérique dans les régions…
    Etrange cette occultation de notre monde numérique… Certes la méconnaissance par les entreprises et acteurs locaux du monde numérique acentré se confirme… mais à ce point ! Ils devraient bien regarder l’horizon au-delà du « nez sur le guidon » (par ex ici Transformer nos comportements - Identités de nos villes numériques - Usages pour quel futur ? - Angers Technopôle 21-nov-2011 ou là Création de valeurs, Territoires numériques, Usager acteur, Opérateur Local - Club Optique - Exploitants de réseaux et opérateurs - 8 Déc 2011).
  • Les énergies émergentes qui comptent pour le développement local : C’est la déception la plus importante… L’ancrage de petits projets dans le micro-local (le bout de quartier, la communauté d’un immeuble, la vie sociale sur une place de village, l’activité de proximité pour les familles, les copains, le micro-commerce juste pour le plaisir…) est inadapté à la plupart des discours sur les produits ou services offerts.
    Les exposants raisonnent TPE / Indépendants / Associatifs … mais comme contenant… au vu des besoins classiques de financement, de juridismes, d’accompagnement, d’hébergement d’activités…
    Rien sur une dynamique vigoureuse, à « fondement humain » visant ce que JP. Besset Journaliste au Monde appelait : « l’expérience accumulée par les acteurs anonymes, dispersés et largement méprisés, qui tissent la trame d’un bouleversement où l’on verrait le local dessiner le global ».
    Le discours de type Lego Numérique Local est pour l’heure peu audible par la plupart des interlocuteurs rencontrés… sans doute trop « embrigadés / engoncés » dans des repères culturels d’un autre âge.
    Et pourtant, dans un contexte latent de crise, de peur, de chômage ; ce sont d’abord les pico-projets et les piezo-énergies (sans se limiter aux repères de micro-crédits) qui du plus profond des territoires détermineront les capacités d’employabilité des habitants et la réussite pérenne des territoires dans un univers numérique vigoureusement , voir violemment concurrentiel.
    Quelques réponses franches chez Groupama, et des échos positifs du côté de l’Anjou, d’Amiens, du Val du Loir…

 
Espérons que les prochains salons de Lyon et de Nantes sauront davantage prendre en compte les quelques repères ci-dessus.

Entrepreneurs-La-Vie-Pousse… Difficilement

Entrepreneurs-La-Vie-Pousse… Difficilement



Lien proposé : Salon des Entrepreneurs

par Redaction Wirkers le 3 février 2012
modifie le 4 février 2012
Suite à donner
    Laisser un commentaire