Réseaux sociaux escamoteurs… Quel avenir : web squared et web3 ?

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 8157 (4 par jour)
A débattre

Réseaux sociaux escamoteurs… Quel avenir : web squared et web3 ?


Dans les mutations de notre époque, il importe d’avoir conscience des tendances technologiques, mais aussi du lien avec ce qui fonde le quotidien et les valeurs de chaque époque d’une civilisation.

PNG - 89.4 ko
Jerôme-Bosch L’Escamoteur (1475 / 1480)
Musée Municipal Saint-Germain-en-Laye

|

  • De ce point de vue, il faut recontextualiser.
    • Jérôme Bosch dans son tableau l’escamoteur nous montre : «  »Fasciné par le tour de l’illusionniste, envoûté par les charmes du Malin, le curieux se fourvoie et manque l’essentiel. La droiture du regard donnait son aplomb à l’ordre spectaculaire. La duplicité de l’escamoteur fait chanceler cette foi, et trouble son assurance. Voici le temps de la défiance« . » [1]
    • La mode est de toutes les époques : fugace, prégnante, valorisante… mais aussi appauvrissante par l’effet d’imitation et de séduction… Elle nourrit chacun(e) de son identité voir de son avatar. Aujourd’hui on lui donne les noms : réseau social, facebook, twitter, myspace…
    • La posture « Panurgienne » est aussi une donne à la fois traditionnelle et prégnante chez nos contemporains. Elle contribue à déployer non seulement le « copier / coller » sans même référence aux sources ; et à privilégier les formules ou textes ultra courts sur les raisonnements, et sur les argumentaires.

Dans une série d’articles Fred Cavazza permet de saisir parfaitement les enjeux et tendances du moment. A juste titre il affirme « Sur internet le contenu est roi, il l’a toujours été et le sera toujours. »« j’ai comme l’impression que nous arrivons à la fin d’un cycle et que les producteurs de contenus vont reprendre leur place et surtout ré-équilibrer le rapport de force entre contenus et communautés. L’arrivée à maturité de terminaux alternatifs surtout dédiés à la consultation (touchbooks, ebooks…) ne va faire qu’accélérer ce phénomène : Les internautes seront avant tout à la recherche de bons contenus ».
Quelques extraits qui ne dispensent pas d’une lecture attentive et complète.

  • Facebook va-t-il révolutionner le web ?
    • « si Facebook a remporté la bataille du web social, il est très loin d’avoir remporté celle du web communautaire : Jusqu’à preuve du contraire, la montée en puissance de Facebook n’a pas réellement impacté les plateformes communautaires traditionnelles (forums, messagerie instantanée…) où les échanges sont beaucoup moins superficiels ».
    • « Facebook a fait main basse sur les médias sociaux en hypothéquant vos données personnelles ».
    • « L’approche sémantique de Facebook semble bien naïve, surtout comparativement à des initiatives comme les Linked Data et les Data Sets ».
    • « Facebook va devenir incontournable pour ceux qui pratiquent la course à l’audience dans la mesure où ce service concentre l’audience. Ce sont donc les portails, les e-commerçants généralistes et autres sites à grosse audience qui vont devenir les plus dépendants de ce nouveau Facebook. Pour les autres rien ne va changer : Si vous avez une ligne éditoriale solide ou une offre cohérente et viable alors vous avez la capacité à constituer une audience durable. Par contre, si vous comptez sur Facebook pour injecter du social dans du contenu “neutre” (qui s’adresse à tout le monde donc à personne) ou pour relancer l’intérêt sur une offre banalisée alors vous vous rendez dépendant d’un autre acteur (en plus de Google) ».
  • Ne confondez plus communautaire et social
    • "A droite, des plateformes sociales comme Facebook, FlickR et Twitter où les membres publient du contenu dans une dynamique passive : ils s’expriment mais n’attendent pas nécessairement de réaction. La dynamique sociale sur ces plateformes repose avant tout sur le besoin d’appartenance (”moi aussi j’ai un profil Facebook“) et l’égo (”ma vie intéresse forcément les autres“) des membres qui sont motivés par la visibilité et les rencontres (personnelles ou professionnelles). Il n’y a pas réellement de dialogue au sein de ces plateformes, juste des micro-discussions entre visiteurs de passage.
    • « À gauche, des plateformes communautaires comme les forums où les membres engagent des conversations : ils posent des questions, débattent, se chamaillent et témoignent. La dynamique communautaire repose avant tout sur l’empathie (”je cherche des personnes ayant eu la même expérience que moi“) des membres qui cherchent à partager une passion ou un vécu (cf. les gigantesques forums pour passionés d’automobile, de produits high tech ou pour les femmes enceintes). Le dialogue est donc l’ingrédient essentiel des communautés. »
  • Web Squared, transition vers le web 3.0 ou nouveau paradigme ?
    • Rappel : Web 1.0 = plateforme pour les documents - Web 2.0 = plateforme pour les individus - Web 3.0 = plateforme pour les données.
    • Le Web² est présenté comme un complément du Web 2.0 (cf le schéma très instructif en ligne dans l’article). On y trouvera :
      • « Implied Metadata : des métadonnées (données qui décrivent les données par ex coordonnées GPS sur une photo ; ou fournies par des capteurs : téléphone, objet équipé d’une puce RFID… compteurs intelligents qui vont remonter des données très précieuses sur les habitudes de consommation des foyers (notion de “Smart Electric Grid”) ) générées automatiquement et des systèmes auto-apprenants »
      • « Information Shadow qui décrit l’ensemble des informations et données associées à un objet, une personne, un lieu, un événement… (ex Code barre. En passant un scanner dessus, vous obtenez la désignation, le prix… Même principe pour les mobile tags et autres flashcodes qu’il suffit de prendre en photo avec votre téléphone pour obtenir des infos complémentaires (cinémas les plus proches…) ou encore les applications fournissant de la réalité augmentée ) »
      • « Real-Time Web : informations et interactions sociales en quasi temps réel (ex Facebook ou Twitter agissant comme des cerveaux “sociaux” où les membres (les neurones) interagissent en très grand nombre et avec des temps de réaction toujours plus courts… de l’intelligence collective en quasi temps réel, le tout étant de trouver les bons outils de surveillance / interprétation des ces échanges (pour faire le tri entre bruit et signaux). »
      • « Data Ecosystems : des bases de connaissances structurées, ouvertes et universelles écosystèmes de données qui permettent de relier entre elles des bases de connaissances qui étaient auparavant cloisonnées (cf les deux notions sous-jacentes : les Linked Data et les Data Sets.) »
    • En guise de conclusion : « nous sommes pratiquement arrivé au bout de ce que le web peut nous offrir en terme de partage de documents / contenus de même que pour les interactions sociales… Nous sommes déjà en train de vivre la prochaine grosse itération du web : le web en temps réel, la réalité augmentée, les objets communicants, les écosystèmes de données sont des innovations en cours de maturation qui vont complètement bouleverser notre façon de communiquer, consommer, travailler, nous divertir… Bref, un nouveau paradigme des usages du web : le Web² (Web Squared). »
  • Pour approfondir quelques propos sur les réseaux dits sociaux, sur les nouveaux modes d’écriture et sur les contextes d’usages en mobilité numérique :

  • Pas vraiment réseau social, mais plus du tout “microblog”, Twitter devient petit à petit ce que son fondateur appelle un “réseau d’information”.
  • Twitter : pour la révolution, on verra plus tard
  • Tweet de Jean-Luc Raymond sur les usages des réseaux sociaux
  • Androïde sous surveillance - Mobilités et innovations d’usage - Journée d’étude PraTIC - lundi 22/02/10 - Compte-Rendu
  • ( R )evolution de la langue grâce au clavier : l’hybridation des codes
  • Twitter archivé à la Bibliothèque du Congrès : un patrimoine impossible ?
  • La nouvelle plateforme Facebook : séduisante et dangereuse
  • Facebook changera-t-il le paradigme du visiteur unique ?
  • Clic « J’aime » … Nouvel exercice pratique des réseaux sociaux
  • Quelques pistes pour les travailleurs numériques : télétravailleurs, travailleurs nomades, en réseau….

    • Jouer les plates formes sociales pour du marketing relationnel remplissant votre carnet d’adresses numériques et si votre égo l’exige.
    • Jouer les plates formes communautaires, si vous avez du contenu, du désir d’échanges argumentés, le souci d’être près de vos clients, usagers.
    • Conserver l’oeil rivé sur ce qui fera « la valeur économique et sociale » demain en termes d’informations enrichies ; tout en exploitant au mieux les opportunités et éco-systèmes actuels.
    • Bien cerner les enjeux et contenus des terminologies du moment… mais aussi les jeux de pouvoir, d’influence entre les « oligopoles sociaux de l’instant » et leurs modèles économiques / versus ce qui vaut dans la création de flux : aujourd’hui les données sociales de chacun(e).


    le 2 mai 2010 par Redaction Wirkers
    modifie le 22 août 2011

    Notes

    [1] Jacques Darriulat - Métaphores du Regard - Essai sur la formation des images en Europe depuis Giotto. L’auteur poursuit : « Bosch ordonne sur ce panneau la scénographie du mensonge. A gauche… se serre l’hydre polycéphale des naïfs que l’on dupe, soudés l’un à l’autre par la chaleur latente des curiosités impatientes…. Entre le maître malin et la foule apeurée, une lourde table assigne à chacun sa place et son rôle… Elle sépare… elle éloigne le curieux des machinations de l’ensorceleur. Elle fait échec au dialogue, à la double résonance du langage et de la reconnaissance… Le voleur s’applique à regarder nulle part. Lui seul pourtant voit ce qu’il faut voir… Le grand naïf qui se penche en avant pour ne rien perdre des manipulations du prestidigitateur, voit ce qu’il ne faut pas voir et manque ce qu’il faut voir, l’escamotage bien véritable qui le dépossède de son or. »