Raccordements fibre plutôt à la demande qu’a priori - Les citoyens entreprenants ont la main numérique

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 3415 (4 par jour)
Info Vie Mon Réseau N°796-2148

Raccordements fibre plutôt à la demande qu’a priori - Les citoyens entreprenants ont la main numérique

Dans ce topo de e-alsace, Fibre optique : un guide pour les collectivités on lit diverses repères sur le guide des bonnes pratiques publié par le Gouvernement comme « Bilan des projets pilotes de fibre optique dans les zones les moins denses du territoire… ».

A lire et méditer de façon approfondie tant par les élus, les fonctionnaires locaux que les citoyens… :

  • Le point 7. Les raccordements devraient être établis plutôt à la demande qu’a priori.
PNG - 23.8 ko
Mètre Etalon Territoire Numérique

Cela signifie clairement que seule une véritable demande des citoyens… une « class action » , une grande mobilisation via internet ou dans les champs… pourraient faire débarquer la fibre dans nos patelins de France.

  • Organisons des concours sur les meilleures demandes, les meilleures projets locaux de quartier, de villages, de zones pavillonaires, de rues… à la mode des Nouvelles formes de mobilisation et d’innovation politique : le concours.
  • A défaut d’avoir les sous, nos élus des communes rurales pourraient encourager les guerres picrocholines comme Au pays de Dhôtelland ? Une lettre de Monsieur le Maire d’Attigny aux Editions Arthème Fayard.
    Ceci autour de projets locaux (bottom up pour dire savamment) associant réseau, services, usages de proximité (rayon de 100 m par ex), initiés par des citoyens product’acteurs, volontaires d’une époque pour enfin tirer la fibre vers le haut !
    Ces projets devraient être équilibrés financièrement avec contribution sonnante et trébuchante des habitants (les petites rivières font les grandes) … rien qu’une occasion de valoriser leur patrimoine foncier, bâti, social, local en somme… Etre propriétaire de Sa Fibre… Le Rêve de tout français !
  • Le Gouvernement, dans sa grande sagesse sur la gestion de la dette publique, a bien raison de passer la patate chaude aux citoyens, en plaçant les élus comme animateur, impulseur des énergies locales… des employabilités numériques de proximité…

 

Suffit plus qu’à faire, oser, entreprendre… passer la main aux citoyens actifs… Seuls les territoires en disposant survivront dans l’ère / aire numérique.

Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que pour les prêts toxiques, dans un article du 10/12/11 La Tribune indique : “les provisions structurés sont à 32,125 milliards € pour 10.688 de contrats conclus par plus de 3.000 communes (principalement des petites - 1.595 -)… Naïveté des communes face à la démarche agressive de Dexia et à la passivité de l’Etat… La commission d’enquête parlementaire propose une structutre unique pour renégocier les prêts risqués… A venir, encadrement pas la loi des modalités d’emprunt des collectivités locales… En 2012, la Caisse des Dépôts ne débloquerait pas plus de 2 milliards € pour le secteur public local…"

Aide toi et le ciel t’aidera… Que les élus invitent leurs citoyens à coopérer à l’échelle du 1 mètre … ou des 100 mètres… : C’est à cette échelle que se fait l’aménagement des territoires numériques locaux et que se construisent les créations de valeurs économique et sociale qui font la richesse d’un territoire !
Aux fibres citoyens ! Donnons du numérique aux lieux dits de nos patelins pour redonner vie à la toponymie de nos campagnes…

Sûr que les opérateurs dominants ou alternatifs (de réseaux ou de contenus) viendront une fois le marché local initié :) ; à moins qu’ils doivent y renoncer ; au vu des menaces sur les dividendes des opérateurs télécoms du fait de « la maturité des marchés européens (fixe et mobile) et de l’impact négatif de la régulation qui ne permettent pas d’anticiper des taux de croissance significatifs des chiffres d’affaires et des profits du secteur ».

Elus, dans un monde numérique acentrée… changez de paradigme pour l’action. Ne cherchez plus à apporter des services à vos concitoyens en les situant plus ou moins passivement comme récepteur ; mais aidez-les à révéler leurs énergies au service de leur patelins… pour en faire des product’acteurs « appellation locale certifiée »…

« Ce qui est rare à présent, ce n’est pas le capital, l’accès au marché, les compétences ou les technologies. Ce qui ne peut s’acheter, ce sont les relations entre ces facteurs, la façon de coopérer » (La logique de l’informel - A la découverte des jeux de pouvoirs dans l’entreprise » par Gérald Pavy)

Lire à l’occasion :

Voir en ligne : Bilan des projets pilotes de fibre optique dans les zones les moins denses du territoire et publication d’un guide de bonnes pratiques
le 20 décembre 2011 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 21 décembre 2011
Mots clés associés
Saisissez votre message