Pensez à préparer la rentrée numérique Hiver 2012

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 3186 (5 par jour)
Actu Wirkers

Pensez à préparer la rentrée numérique Hiver 2012


Bientôt la rentrée d’Hiver 2012. Dirigeants d’entreprises, entrepreneurs, élus et fonctionnaires de collectivités locales, animateurs et pilotes de réseaux… ; quelques repères sur les faits importants de l’automne influençant les prochains mois.

1- Les faits clés de l’automne

  • Le Cloud s’installe dans l’architecture des processeurs pour mettre de la puissance dans les serveurs : Opteron Interlagos : AMD sort son processeur cloud
    • « Les nouveaux Opteron 6000 (qui succèdent aux 12 coeurs de MagnyCours) se distinguent par 4 canaux mémoire 1600 MHz, des fréquences d’horloge de 3,3 GHz et même 3,7 GHz en mode Turbo, un cache de niveau 3 de 16 Mo (par socket) en plus du cache de niveau 2 (1 Mo par coeur), 4 liens HyperTransport 16 voix offrant jusqu’à 6,4 GT/s par lien (soit un total de 25,6 GT/s), adresse jusqu’à 32 Go de mémoire et réduit sensiblement son enveloppe thermique entre 85 et 140 W. selon les modèles. La puce est taillée pour les plates-formes quadri socket. ».
      • => Une puissance qui peut donner le tournis.
  • Financement des Collectivités Locales couvert à 64% seulement… Vers le « credit crunch »
    • Les collectivités locales seront confrontées à un manque de financements en 2012 : « Les besoins de financement des collectivités locales et des hôpitaux, évalués à 22 milliards d’euros, ne seront couverts qu’à hauteur de 64 % au mieux, et de 45 % au pire. L’Etat a été averti de cette situation, qui fait peser un risque sur l’investissement local, donc sur la croissance économique… »Nous avons clairement dit à l’Etat que nous ne pourrions pas continuer à financer les collectivités locales parce que, en vertu de la loi, celles-ci ne peuvent pas nous confier leurs dépôts, confie le président d’une grande banque française. L’engagement, très fort, que nous avons pris de financer l’économie française porte sur les ménages et les entreprises."
    • Prêts toxiques : les banques devront mettre au pot (La Tribune 10/12/11) : “les provisions structurés à 32,125 milliards € pour 10.688 contrats conclus par plus de 3.000 communes (principalement des petites - 1.595 -)… Naïveté des communes face à la démarche agressive de Dexia et à la passivité de l’Etat… La commission d’enquête parlementaire propose une structure unique pour renégocier les prêts risqués… A venir, encadrement pas la loi des modalités d’emprunt des collectivités locales… En 2012, la Caisse des Dépôts ne débloquerait pas plus de 2 milliards € pour le secteur public local…"
      • => Chute de l’investissement public local… Opportunité de mobiliser / miser l’énergie entrepreneuriale des citoyens ? Quid pour l’avenir des secteurs industriels locaux dépendant fortement de l’investissement public ?
  • Un tiers des internautes sont désormais nomades
    • Cf Les Echos 15/12/11 Près d’un tiers des internautes sont désormais « nomades » : « Avec un taux de pénétration de 17 % pour le smartphone, de 9 % pour les clefs 3G et de 50 % pour les ordinateurs portables et les tablettes, la connexion en mobilité commence à décoller en France… La grande majorité des nomades sont les mobinautes (85 % des Français disposent d’un mobile et 17 % un smartphone)… en juin, 21 % des personnes interrogées disaient se connecter via leur téléphone mobile, contre seulement 12 % un an plus tôt… Questions fracture numérique : En un an, l’accès à Internet en mobilité a crû de 6 points de pourcentage, à 32 %, dans les foyers où le revenu mensuel est inférieur à 900 euros. La même progression que pour les ménages dont le revenu dépasse 3.100 euros (36 %). » Cf les résultats de l’étude annuelle réalisée par le Credoc pour le compte de Bercy (CGIET) et de l’Autorité des télécoms (Arcep)
    • Smartphone et vie privée : un ami qui vous veut du bien ? Etude Cnil… ce que Le Monde du 15/12/11 traduit par « Le portable, ce compagnon trop bien informé. Cf les 10 conseils de la CNIL face au constat :  »Des informations personnelles stockées en masse : 89% stockent des données de contact ou des coordonnées, 86% des données multimédias… 40% des possesseurs de smartphone stockent des données à caractère secret (coordonnées bancaires 7%, codes secrets 17%, codes d’accès aux immeubles 17%, informations médicales 3%… De manière générale, les possesseurs de smartphones limitent le stockage de données qu’ils jugent sensibles, telles que coordonnées bancaires, codes, fichiers confidentiels. En revanche, les photos, vidéos ou coordonnées des proches font l’objet de moins de précautions.
      … mais insuffisamment protégées : 65% pensent que les données contenues dans leur téléphone ne sont pas bien protégées. Mais 30% déclarent n’avoir aucun code de protection actif sur leur téléphone. 64% ne voient pas l’intérêt ou pensent qu’il n’est pas possible d’installer un antivirus sur son smartphone (20% des équipés Android en ont déjà installé un).
      … Une utilisation des données personnelles qui manque de transparence : 51% pensent que les données d’un téléphone mobile ne sont pas enregistrées ni transmises sans leur accord. 46% que les informations de localisation via le téléphone mobile ne sont pas transmises sans leur accord. Près d’1 personne sur 2 vérifie au moment de télécharger une application, les données auxquelles elle a accès…mais 71% ne lisent pas ou rarement les conditions d’utilisation.
      Zoom sur la géolocalisation : 97% des utilisateurs de services de géolocalisation jugent important de savoir comment leurs données de géolocalisation sont utilisées…"
      • => A quand la révolution du printemps nomade… pour reprendre la main sur Ses Données Personnelles… ?
  • Menace sur les dividendes des opérateurs télécoms
  • Bientôt des appareils « wearable »
    • Apple et Google prépareraient des appareils « wearable » Concevoir des appareils communicants à porter comme des vêtements. « des objets intelligents que l’on porterait comme des vêtements ou des accessoires de mode » comme relais de croissance pour vendre davantage de produits existants… « lorsque les produits wearable auront gagné en maturité, ils pourraient abolir les différences entre le monde virtuel et le monde réel… et bientôt l’écran dans l’œil : génial ou effrayant ? »
      • => Confirmation de l’arrivée du numérique dans nos habits qui ne seront plus de moine… sauf à voir venir la « bure numérique »…

2- Les points à méditer pour la rentrée

  • Travailler / Traquer l’improbable « ce qui a peu de chance de se produire »
    • Relire Jacques Attali les dix plus importants événements qui n’auront pas lieu en 2012 (« Avant que l’année 2011 ne se termine, faites la liste de tous les événements improbables et pourtant possibles qui changeraient positivement le cours de votre vie et qui pourraient avoir lieu en 2012… Puis, demandez-vous quelle influence vous pourriez avoir sur leur matérialisation et rangez-les dans l’ordre croissant de cette influence. »)
    • ou encore Rencontres Improbables RH (« une ardente obligation de chaque dirigeant(e) pour disposer, de marges de manoeuvre, situer les ruptures à venir »).
      • => Il faut apprendre à décentrer, décaler légèrement son regard, son mode de pensée dans un monde particulièrement instable. La création de valeur peut émerger de secteur, d’opportunités aujourd’hui jugées improbables…
  • Sur consommation des terres agricoles… Chaque seconde, 26m2 de terres agricoles disparaissent en France
    • « En cause, la pression de l’urbanisation et la course à la rentabilité… Soit 82.000 hectares de terres agricoles disparus en moyenne chaque année entre 2006 et 2010, rappelle le ministère de l’Agriculture. En cinquante ans, la surface agricole utile (SAU) a ainsi diminué de 20 %, passant de 36 millions d’hectares en 1960 à 28 millions en 2010… En cause, l’urbanisation qui, de zones industrielles en centres commerciaux, d’habitations en parkings, domine toujours plus les paysages. 40.000 hectares étaient urbanisés par an dans les années 1960, 78.000 hectares le sont actuellement… Non seulement la France perd des terres, mais l’artificialisation se porte majoritairement sur les meilleurs sols, avec une pression forte le long du littoral, autour des grandes agglomérations et des axes de communication… La disparition du foncier interroge également l’indépendance alimentaire française et européenne. « L’Europe importe de pays tiers l’équivalent de la production de 35 millions d’hectares, explique Robert Levesque. En 1999-2000, ce chiffre était de 26 millions »… La bataille pour le sol a en réalité déjà commencé si l’on considère le processus de « land grabing » (accaparement de terres) à l’oeuvre depuis une décennie. »
  • Dans les régions, les grandes villes concentrent la richesse… qui pour partie se diffuse alentour - En téléchargement
    • « Les grandes villes représentent 42 % de la création de richesse produite dans les régions, selon une étude publiée par l’Association des maires des grandes villes… Un chiffre qui atteint 51 % au niveau des départements. L’exemple de la région Rhône-Alpes est intéressant : le Grand Lyon pèse 30 % de la valeur ajoutée, contre 7 % pour Grenoble, 5 % pour Saint Etienne et 1 % pour Valence. De même, la Communauté urbaine de Strasbourg, qui totalise 43 % de la population du Bas-Rhin, a produit 55 % de la valeur ajoutée du département… « La richesse créée ne reste pas dans les territoires émetteurs, elle se diffuse dans les zones limitrophes et au niveau national. Les données par habitant montrent clairement que la richesse du territoire est toujours nettement supérieure au revenu des habitants », affirme l’étude. Sur un échantillon d’une douzaine de villes, il apparaît que la moyenne des revenus des habitants (de 10.000 à 12.000 euros) est inférieure à la valeur ajoutée par habitant qui s’échelonne entre 10.000 et 55.000 euros » - (A voir aussi l’exemple cité par un de nos lecteurs : « Brest concentre les activités de travail mais les personnes de niveaux de revenus supérieurs habitent à l’extérieur. Il y a plus de 20 à 30 d’écart de revenu moyen entre la ville qui concentre les personnes en difficulté et les communes autour… C’est plus différencié dans des villes centres où la population en difficulté est dans les banlieues. Mais en province c’est variable d’une configuration de ville à l’autre. » - Infos à compléter par diverses lectures : Les villes face aux défis du climat - Création de valeurs, Territoires numériques, Usager acteur, Opérateur Local - Club Optique - Exploitants de réseaux et opérateurs - Déc 2011) [1]
      • => Est-ce bien raisonnable de concentrer ainsi la richesse, même s’il y a une part de redistribution en proximité… Dans un monde numérique acentrée, où la richesse sera progressivement déportée dans le « cloud » sans localisation précise… faudra-t-il l’effondrement des cités (fragilité financière, contexte de croissance en berne, voir de récession annoncée, piège de systèmes trop complexes et instables [2]) … pour comprendre que la diversité… est un atout essentiel à l’équilibre des territoires comme à la richesse des modes de vie. Pourquoi avons-nous perdu la sagesse de « gérer en bon père de famille ! et de »ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier…"
  • Stratégie à part… Marchés et promesses… Croissance… Régulation
    • Entretien avec Gilles Schnepp Pdg de Legrand : « La crise peut être utile… Que les périodes qui s’annoncent soient euphoriques, moyennes ou inquiétantes, nous avons toujours en préparation plusieurs scénarios, afin de pouvoir réagir aux fluctuations… Nos équipes travaillent sur tous les scénarios possibles, dont celui d’une sortie de la zone euro. Nous faisons donc des simulations sur ce que représenterait la sortie de tel ou tel pays pour l’activité, le bilan, le cash-flow. La fin de l’euro imposerait a priori des mutations plus importantes au monde financier qu’à l’industrie. »
    • Vivendi : les ressorts d’une stratégie à part - Jean-Bernard Lévy : « Un conglomérat français qui semble vouloir prouver que l’on peut avoir raison en étant seul à suivre une stratégie allant à l’encontre des préconisations des donneurs de leçons. Un groupe qui prétend qu’investir des milliards dans des métiers ultraconcurrentiels, en décroissance ou localisés dans des pays en crise peut avoir un sens stratégique et une rationalité économique. »
    • Denis Hennequin Pdg Groupe Accor sur Bfm Business : « Les courses se gagnent dans les montées et non les descentes… Passer de la marque à l’homogénéité en personnalisant le service selon les cibles. »
      • => Se donner les moyens de réagir aux fluctuations… Aller à l’encontre des certitudes… Homogénéiser en personnalisant le service… Trois postures sereines d’évidence, traduisant des paris dans un monde instable et où l’improbable créera l’économie de demain… Cela devrait interpeller nos élus sur les divers points ci-dessus…

3- Les pistes pour l’hiver 2012

  • Effacement des technologiesEvolution technologique : ubiquité et transparence et aussi interview au MIT avec le Professeur Randall Davis : à la croisée de l’intelligence artificielle et des nouvelles interfaces
    • « Ils sont à la fois partout dans notre environnement, et nulle part puisqu’ils ont non seulement tendance à s’effacer, mais également à s’abstraire géographiquement dans le cloud… L’ubiquité et la dissolution de la technologie dans notre environnement reposent sur deux évolutions parallèles : l’infrastructure du réseau mondial et les interfaces dites »naturelles"…
    • Le logiciel devient service : « Abonnement plus modeste pour l’utilisation continue d’un logiciel qui s’exécute à distance et qui est maintenu en permanence… Ainsi, le moindre écran connecté permet de retrouver son environnement de travail tel quel en n’importe quel point de la planète pour peu qu’une connexion soit accessible, sans se préoccuper du système d’exploitation, ou de la puissance de la machine qui l’anime… Ainsi, le moindre écran connecté permet de retrouver son environnement de travail tel quel en n’importe quel point de la planète pour peu qu’une connexion soit accessible, sans se préoccuper du système d’exploitation, ou de la puissance de la machine qui l’anime. »
    • Mutation des interfaces et langage : « Les interfaces utilisateurs naturelles, ou NUI, viennent mettre un terme à ce clivage (intermédiation du clavier / souris). Les écrans multitouch redonnent aux données une tangibilité que la dématérialisation leur avait fait perdre, et induisent un rapport physique entre l’utilisateur et le logiciel… l’interface multitouch nécessite malgré tout l’apprentissage d’un vocabulaire gestuel… Le mode de communication naturel et privilégié de l’humain reste la parole… Siri ne fait pour l’heure que lever un coin du voile sur ce qui nous attend en la matière… Quel dialogue avec la machine serait plus naturel qu’une conversation à proprement parler ? »
  • Une France de plus en plus gérontocratique
    • « Le pouvoir est très largement confisqué par les aînés… l’âge moyen des sénateurs s’élève à 62 ans après les élections de septembre ; quant aux députés, le nombre total des plus de 55 ans est passé de 42 % à 60% entre les élections de 2002 et de 2007… A l’Assemblée nationale, en 1981, plus d’une centaine d’élus avaient moins de 40 ans, contre seulement 23 en 2007, soit moins de 4 % des 577 députés. Du côté du Sénat, 6 élus sur 348 ont moins de 41 ans en octobre, soit à peine 2 %… A la fin de 2010, les plus de 60 ans représentent 23 % de la population, ces derniers occupent plus de 60 % des sièges d’élus nationaux. A l’inverse, les 25-40 ans, soit 19 % de la population française, ne constituent que 3 % des membres du Parlement. »
      • => Faut-il se satisfaire d’une représentation nationale réduite à n’être que le miroir du profil démographique de l’Hexagone ? Incidences possibles, dans un contexte de chômage (plutôt jeunes et séniors), sur les choix à court et moyen terme de croissance et d’innovation en matière numérique ; en particulier sur les dynamiques entrepreneuriales et d’employabilité ?

Voir en ligne : Rejoindre le Réseau Services-Wirkers

le 27 décembre 2011 par Redaction Wirkers
modifie le 19 février 2012

Notes

[1] Après l’accord à l’arraché du récent sommet de Durban, trois ouvrages en anglais sur les villes, laboratoires du changement climatique. Trois ouvrages consacrés aux menaces et aux transformations qui s’imposent aux métropoles confrontées au réchauffement climatique. La thèse générale : alors que les villes dépendaient de leur environnement, c’est désormais l’environnement qui dépend des villes. Ouvrages : « Cities and Climate Change. Global Report on Human Settlements 2011 » par United Nations Human Settlements Programme Nairobi (UN-Habitat, 2011, 279 pages) - « Climate Change and Cities. First Assessment Report of the Urban Climate Change Research Network », par Cynthia Rosenzweig, William D. Solecki, Stephen A. Hammer, Shagun Mehrotra (dir.) (Cambridge University Press, 2011, 286 pages) - « The Agile City. Building Well-Being and Wealth in an Era of Climate Change », par James S. Russell (Island Press, 2011, 312 pages)

[2] « Le système capitaliste s’est laissé piéger par sa propre complexité »