Paiement mobile et services pour la mobilité urbaine - Synthèse : Espoirs, Réalités, Oublis - Futur en Seine 19 Juin 2012

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 4136 (6 par jour)
Conférence - Synthèse

Paiement mobile et services pour la mobilité urbaine - Synthèse : Espoirs, Réalités, Oublis - Futur en Seine 19 Juin 2012

Conférence à l’Hôtel de Ville d’Issy-les-Moulineaux

Payer et accéder à des services urbains avec un mobile entre progressivement dans notre quotidien. Les initiatives, tant au niveau des usages que technologiques, se multiplient et s’accélèrent, et les collectivités territoriales y jouent un rôle majeur.
En partenariat avec la ville d’Issy-les-Moulineaux et dans le cadre de Futur en Seine, PayByPhone, VINCI Park et le Forum SMSC vous proposent de découvrir les services d’aujourd’hui et de demain qui permettront d’acheter et d’accéder à des services multimodaux avec votre mobile ou un smartphone, dans les univers urbains.

 Programme de la conférence du mardi 19 juin
  • 8h30 : Accueil des participants
  • 8h45 : Introduction par François Lecomte-Vagniez, Directeur associé de LOBARY
  • 8h50 : Nouveaux usages et initiatives pour la mobilité urbaine
    • Panorama du paiement mobile, les évolutions actuelles, Philippe Lerouge, Président de PAYBYPHONE France
    • Parking et stationnement par mobile, une nouvelle approche de mobilité, Lydia Babaci-Victor, Directrice du Développement de VINCI PARK
    • Innovation dans les transports en Ile-de-France, Dominique Descolas, Directeur général de MERCUR, groupe VEOLIA TRANSDEV
  • 9h30 : Vers de nouvelles opportunités pour des services citoyens avec la technologie sans contact
    • Coexistence de cartes sans contact et mobiles NFC, le rôle des banques, Fabrice Denele, Directeur Stratégie des Moyens de Paiement, BPCE
    • Les clés de la ville, le bouquet des services quotidiens des citoyens, Hervé Jean, Directeur technique de CEV, groupe CHEQUE DEJEUNER
    • Le projet mobile sans contact mStadium au Stade de France, Bertrand Pladeau, Responsable d’Unité de R&D « ContactLess Services » OrangeLabs
  • 10h : Table ronde « Enjeux et évolutions des services de paiement par mobile pour la ville ».
    Session d’échange animée par François Lecomte-Vagniez, entre les 6 intervenants ci-dessus.
  • 10h50 : Conclusion de Pierre Métivier, délégué général du FORUM DES SERVICES MOBILES SANS CONTACT
    Paiement mobile et accès aux services de proximité, un axe de compétitivité, mais comment s’y préparer ?

 Synthèse
Quelques repères sur cette conférence.

1- Les modalités du système proposé en paiement mobile

On retiendra tout d’abord, dans une optique de panorama de la situation ; les propos sur « la promesse de valeurs » et la « diversité des modes techniques » disponibles.
Un des objectifs récurent étant « la simplicité d’usage pour le consommateur ».
C’est un marché qui se développe, on en parle beaucoup, mais on le voit pas. C’est un marché de niche qui n’a pas forcement besoin de technos pointues pour assurer un paiement mobile. La croissance est de 61,9% avec 212 millions d’utilisateurs ; précise Francois Lecomte-Vagniez - Lobary - animateur de la rencontre.

Il faut viser des usages : contenus numériques , parking , échanges unités téléphonique, points de vente transports vending, p2p, m.commerce, terminal mobile. On est dans une logique de nébuleuse.

En résumé, il faut parler d’usages et non de technologies, autour de : marché de niche, avec des besoins identifiés, une approche fusion mobile et web, pas de substitution d’un moyen de paiement a l’autre, un contexte de relation de confiance.
Ce sont les services associés qui feront le succès par exemple : horodateur dans la poche, abonnement et droit résidentiels, parking en ouvrage, paiement sans contact en transport collectif, autopartage, recharge véhicule électrique, taxi , vélos, péages urbains et autoroutiers… rappelle Philippe Lerouge de PayByPhone .

Autour de l’approche parking et stationnement nouvelle approche mobilité, Lydia Babaci-Victor de Vinci Park situe l’intérêt de penser : vie plus facile et chaine de la mobilité.
Le parking conforte : lieu accueillant, guide, repérage, services connexes, services confort dans un parcours clients. Le tout en situant le contexte de congestion de la mobilité , ce qui implique des services.
Le système proposé vise à dématérialiser le paiement et à faciliter contrôle et suivi d’activité en temps réel pour le gestionnaire.
95% des utilisateurs considèrent l’accès comme facile.
Serveur vocal + code QR et nouvel usage NFC assure un confort pour l’utilisateur.

Dans le panorama, Dominique Descolas Mercur VeoliaTransdev apporte sa pierre avec l’expérimentation BPass, évoquant l’expérimentation de Nice, et plus généralement sur la question de la validation du paiement mobile et le lien du paiement mobile avec le partage des mobilités.

2- La question de la massification pour diffusion

Fabrice Denèle - BPCE - rappelle la coexistence cartes et tél mobiles NFC et précise sur la massification : dans 3 ans les cartes seront intégralement renouvelées en sans contact, permettant de créer le marché.
La massification se heurte à :

  • capacité à convaincre les commerçants de s’équiper,
  • limites du montant : 300 € maximum pour payer sans contact (frein diminuant probablement avec la confiance et le nombre d’utilisateur de Smartphone NFC ayant une application de paiement NFC (EMV) installée).
  • absence de standard des applications NFC

3- Le rôle de la pédagogie et l’expérience utilisateur

Herve Jean CEV Cheque déjeuner, insiste, à l’occasion de la solution « les clés de la ville » sur la relation avec les citoyens et une approche pédagogique avec les éducateurs..., en associant technologies et usages.
Dans le parcours citoyen, l’information doit être non intrusive et économe. Il faut des supports sécurisés avec des technologies hétérogènes. Le tout peut contribuer à décloisonner les services

Bertrand Pladeau d’OrangeLabs sur MStadium (bouquet de services stades événementiel) insiste sur la nécessité d’enrichir l’expérience émotionnelle du spectateur, en suscitant l’appartenance a une communauté particulière liée à l’événement. Sur la pédagogie envers les usages, comment rassurer durant le parcours client : simplicité , fiabilité du paiement, foisonnement de services ?

4- La nature du modèle économique associé / associable et le partage de la valeur

Sur ces nouveaux usages, il y a investissement des acteurs économiques, ce qui induit une logique de rentabilité et de risque sur investissement (l’un des intervenants rappelait à juste titre l’échec de la carte Monéo.

Les modéles économiques semblent plutôt en test, d’autant que la position d’Apple (privilégiant la relation bluetooth avec passage pour le paiement par la case ITunes), crée de l’incertitude et conduit à une segmentation du marché du sans-contact mobile . Ceci même si certains ont utilisé une coque équipée d’une puce NFC.

Le sans contact reste un marché epsilon pour l’heure… le service sera déterminant avec un usage sans contact différent selon qu’il s’agit de paiement ou de facilitation d’identité.
Il faut rester pragmatique : la technologie va rendre plus accessible ce qui est la routine des commodités du quotidien. Le tri s’opérera entre les applications pour satisfaire de véritables réponses à des usages.

5- La question de l’équité de traitement des usagers, citoyens et consommateurs.

Dans la convergence des nouveaux services que peut faire émerger l’usage du paiement sans contact, comment les villes (avançant à petits pas) vont-elles pouvoir conserver un bouquet de services spécifiques peu coûteux… et contribuer à l’intuitivité d’usage dans un contexte d’écoute des publics pour éviter une discrimination par les technologies ou les interfaces.

Reste aussi la question de plus en plus sensible de la gestion de l’identité du client et du respect de la vie privée.
Sur la sécurité rappel est fait de la garantie bancaire en montant et de compteurs de contrôle pouvant redemander le code d’accès.
Enfin, il faut veiller à ce que tout le monde puisse accéder aux services en proposant in bouquet de technologies, y compris pour les populations handicapées ou fragiles… auxquelles on ne pense pas d’emblée. Il est dommage que ce dernier point n’ait pas été abordé par les conférenciers.

Hacker la ville comme aime à dire certains suppose à minima et d’abord de situer l’enjeu du marché au niveau de tous les utilisateurs au centre des usages… A propos des technologies comme le dit Saskia Sassen « Il faut les urbaniser… les rendre adaptables ».

6- Les enjeux pour les territoires géopolitiques et numériques.

Les territoires « traditionnels » sont via les collectivités bien souvent en initiative sur le déploiement de semblables services… Progressivement comme pour d’autres technologies et usages / services en commodités ou valorisation du territoire ; un certain nivellement s’opérera… rendant difficile l’affirmation de différenciation dans le marketing territorial.

On ne peut se limiter à voir la croissance d’un marché dans une seule logique « push » au bénéfice d’opérateurs souvent éloignés des territoires en termes de retour de valeur.

Il faut s’interroger davantage sur la création de valeur locale associée / associables à de semblables services de commodités, sur son ancrage territorial et sur l’effet de levier qui peut en résulter en dynamique entrepreneuriale de proximité par exemple.

A l’évidence une partie des services proposés sont positionnés sur la facilitation des commodités en intégrant l’acte de paiement à un « compagnon très proche : son mobile ».
Cela conforte les nouveaux facteurs de puissance du consommateur dans une économie de l’attention ou écologie informationnelle qui déplace la valeur du produit vers le service… vers l’aval, vers l’expérience utilisateur.

Les collectivités doivent intégrer le fait que ce « décentrement » confère des avantages aux marques centrées sur le consommateur et non sur le produit

Conjointement pour contribuer à la compétitivité (cf par ex, le programme ville numériques) et développer une diversité de services, les acteurs locaux doivent, comme les y invite Pierre Métivier, s’y préparer :

  • intégrer l’une des technologies disponibles (NFC, QR-Code, Bluetooth…) a tout schéma de service,
  • faire test,
  • apprendre des services étrangers (trop peu cité dans la conférence)
  • imaginer d’autres services,
  • s’organiser en mode projets,
  • comprendre technologies et les garder au second plan,
  • commencer par affiche intelligente,
  • être a l’écoute des citoyens…

A lire aussi pour contextualiser le sujet :



le 22 juin 2012 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 25 juin 2012