L’Utilisabilité ?

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 759 (1 par jour)
En débat

L’Utilisabilité ?


« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit » (Déclaration universelle des droits de l’homme article 1).

  • Quels critères doit-on utiliser pour labelliser une conception centrée sur l’utilisateur qui, dans l’esprit du « Design pour tous » concourre à la mise en pratique de l’article ci-dessus ?
  • Comment quantifier auprès des chefs d’entreprise le marché qui ne peut pas avoir accès à leurs produits ou services faute d’une bonne « UTILISABILITE » de ceux-ci ?

Les critères à prendre en compte dans une telle approche doivent permettre de mesurer la satisfaction des exigences d’accessibilité et d’usage propres à chacun des utilisateurs potentiels.

Ils doivent pouvoir s’appliquer aussi bien aux produits, aux services, aux espaces publics et au mobilier urbain, aux lieux de vie, d’étude ou de travail.


Pour cela je propose
la démarche des « CINQ POUVOIRS »

Elle consiste à vérifier l’utilisabilité au travers de 5 questions que l’on doit se poser lorsqu’on conçoit un produit, un service, un environnement dans l’esprit « Design pour Tous ». Elle permet également de tester le degré de prise en compte des critères de « conception pour tous » (ou plutôt de « conception pour un plus grand nombre ») sur un espace, produit ou service fini.

Ces 5 POUVOIRS à prendre en compte sont les suivants :

    • POUVOIR APPROCHER (concerne l’environnement d’accès à l’endroit où je vais pouvoir acquérir, utiliser, apprendre, travailler, habiter)
    • POUVOIR ACCEDER (concerne aussi bien l’entrée et la circulation d’un musée, l’accès au poste de travail dans une entreprise que l’ouverture de l’emballage ou/et du couvercle d’un produit)
    • POUVOIR COMPRENDRE (concerne aussi bien les indications de fléchage dans un bâtiment public que les informations simples et compréhensibles qui vont me permettre de saisir pourquoi et comment je vais utiliser un produit ou un service que je sois étranger, déficient cognitif, mal voyant,… )
    • POUVOIR UTILISER (concerne l’ergonomie d’usage que je sois gaucher, daltonien, parkinsonien, déficient visuel, platré de la jambe, etc …)
    • POUVOIR SE TROMPER sans conséquence que je ne puisse surmonter seul (tolérance à l’erreur et process de correction intuitif)

Ces questions, concernant le respect des « CINQ POUVOIRS » essentiels à l’accessibilité et l’usage, doivent permettre de mesurer un « niveau d’exclusion » ou « de non-atteinte de ces critères centrés sur la personne », par exemple à partir :

    • du nombre (ou pourcentage) de personnes qui, dans des conditions normales, ne peuvent pas de façon autonome répondre affirmativement à l’une des questions posées,
    • de la fréquence des situations particulières dans lesquelles tout individu aura du mal à répondre favorablement à l’une des questions (environnement bruyant, peu éclairé, usage simultané avec transport d’objets ou de poussette,….).

Et ainsi mettre en évidence les domaines où la progression serait le plus sensible (en terme de volume de marché intéressé) puis servir à une éventuelle labellisation de produits, services ou environnements « à fort confort d’accès et d’usage » (ou « peu exclusifs »).

le 15 juin 2009 par Bernard Laroche
modifie le 15 juin 2009
Saisissez votre message