Génération free-lance… nouvel eco-système / package entre formel et informel, flexibilité choisie ou subie, liberté ou précarité…

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 3695 (5 par jour)
En débat

Génération free-lance… nouvel eco-système / package entre formel et informel, flexibilité choisie ou subie, liberté ou précarité…


Le nouvel économiste vient de sortir un numéro de qualité sur les Ressources Humaines … Une belle occasion de recadrer certains sujets avec rigueur et bonne diversité d’approche.

On s’attachera plus particulièrement à deux articles : l’un traitant des nouveaux modes d’emplois, nomades et hybrides par Caroline Castets ; et l’autre sur les réseaux sociaux d’entreprise par Maud Vincent.

1- « Un monde sans CDI, sans bureaux ni employeurs attitrés » … ainsi commence le premier article… « le monde des nouveaux profils de travailleurs : free-lances, coworkers, slashers [1] , start-upers ».

Quelques extraits :

  • Discours ambiant
    • Rupture avec les levier d’attachement à l’entreprise et à la sécurité…
    • Marché de l’emploi plus fragmenté et chaotique… plus distancié, plus libre… moins sédentaire…
    • Moins de loyauté et d’esprit maison et plus de flexibilité et de faculté d’adaptation…
    • Valorisation de carrières autour d’une accumulation d’emplois différents
    • Solutions plus ou moins transitoires sans renoncement u CDI
    • Le profil idéal est celui qui a prouvé son adaptabilité en exerçant plusieurs métiers dans plusieurs entreprises et sous plusieurs types de contrats…
    • Regroupement dans des tiers lieux : commodités numériques, lien social, opportunités business… mais pour le coworking c’est une minorité très diplômée et à forte employabilité. Pour les autres cela reste un plan B. Une alternative au chômage ou à un CDD mal payé et peu … (précise Chirstophe Bouruet - Observatoire du travail chez BVA Opinion).
  • Plus sérieusement hors amalgames et approximations rassurantes
    • Quoi qu’on en dise, les salariés restent très attachés aux entreprises. Pas à leur employeyr, mais à un métier, à un site, à une histoire humaine.
    • Ne pas confondre flexibilité subie et flexibilité choisie précise Jean-Claude Ducatte Conseiller en charge du pôle social à l’EPSY : il ne faut pas se leurrer, le fait d’être soumis à plusieurs employers est un facteur de liberté quand on facture 20.000 €. Quant on facture 800, c’est une source de servilité.
    • La fidélité salariale est aussi une valeur réelle pour l’entreprise puisqu’il est clair que personne n’a intérêt à collaborer avec une équipe de mercenaires…
    • Pour l’entreprise, c’est d’abord un risque à gérer parce que cette population n’étant pas redevable, elle n’est pas non plus contrôlable.
    • Comment sortir le meilleur de chacun lorsqu’on n’a plus le clan, de l’attachement au groupe… ?
  • Piste possible
    • Ces collaborateurs de passage, il fautra les avoir par le contrat affectif… par l’intelligence et la subtilité, par un rapport différencié à chacun… avec un management au feeling… plus intuitif avec une part d’improvisation et d’ajustements permanents… (précise Mike Burke du Centre de Communication Avancée).

2- « Réseaux sociaux d’entreprise / Formel - Informel » « L’autre RSE [2] a tout pour séduire. Et pourtant. ».

  • Quand les prétendues vertus des RSE ne suffisent plus en entreprise…
    • Echanger, collaborer, faire de la veille, valoriser ses compétences… Seules 16% des entreprises françaises… Certes les premiers retours depuis 2011 seulement… Alors que 78% envisagent de mettre en oeuvre un RSE (Enquête Voirin Consultants)
    • Domination des craintes classiques : perte de contrôle et de maîtrise des informations, crainte de se dévoiler et de libérer la parole au sein de l’entreprise… Accepter la critique… revient à accepter la discussion de la stratégie de l’netreprise… surtout dans des espaces informel et interpesonnel dans lequel il n’y a pas de reflet de la hiérarchie" selon Zyrieb Marouf (Observatoire des réseaux sociaux d’entreprise).…
  • Interrogations et pistes pour progresser
    • Fin de la standardisation sur les référentiels : annuaire standardisé ou profil enrichi ? Management du contrôle ou management du leadership ?
    • Levée des freins à la contribution : Rse comme outil pour gagner du temps ?… Casser les silos géographiques et organisationnels ? Gains en mutualisation et bonnes pratiques ? Gagner en fluidité et efficacité ? Création de valeur par la circulation de l’information ? Levier d’accélération autour de l’échange documentaire ? Nouvelles formes de leadership ? Communauté d’intérêt lié à un projet spécifique ou stratégie de ressources humaines ? Le bien vivre ensemble qui fait sens pour la performance sociale ?

3- Autres liens : la question centrale de la capacité conversationnelle

Voir en ligne : Nouvel Economiste - Dossier Ressources Huamaines - 8 mars 2012
le 4 avril 2012 par Jacques Chatignoux Opérateur

Notes

[1] Slachers : mixte de périodes de CDD, de CDI, d’auto-entrepreneuriat, d’interim et de chômage par choix… environ 2,5% de la population active

[2] L’autre Rse : en référence à la responsabilité sociale des entreprises. Cf Management Conformité, Responsabilité Sociale.

Saisissez votre message