Faciliter l’accès à Internet pour les résidents de logements sociaux

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1662 (1 par jour)
Rapport de Master

Faciliter l’accès à Internet pour les résidents de logements sociaux



Voici un rapport de Master de recherche en aménagement et urbanisme sur les pratiques des TIC dans deux quartiers d’habitat social à Saint-Étienne. Ce rapport [1], rédigé par Margot Beauchamps, a été dirigé par Gabriel Dupuy, professeur de géographie à l’université de Paris I, et Julien Custot, responsable du service Ville et Habitat de la DDE de la Loire. Il a été soutenu le 22 juin 2006 auprès d’un jury composé de Francis Beaucire, professeur de géographie à Paris I, Sylvie Fol, maître de conférence à Paris I et Chantal Gillette, maître de conférence à l’ENS LSH de Lyon.

Présentation de l’étude : Cette étude cherche à interroger, dans la ville de Saint-Étienne, le risque de fragmentation sociale du fait d’un inégal accès à Internet et au haut débit et de disparités d’usages, et à identifier les moyens à disposition de l’ensemble des acteurs concernés pour oeuvrer en faveur d’une plus grande cohésion sociale par les TIC, en accordant une attention particulière à la prise en compte de l’aménagement numérique dans le logement social.

Le périmètre d’étude a été volontairement limité à deux quartiers d’habitat social (Tarentaize et Beaulieu) pour permettre de mieux appréhender, en un temps de recherche court, les éventuelles disparités dans l’accès et l’usage des TIC.

Menée dans le cadre d’une présence d’un mois au sein du service Ville et Habitat de la Direction Départementale de l’Équipement (DDE) de la Loire, l’étude s’appuie sur un questionnaire d’enquête sur les usages des TIC dans les deux quartiers, sur des données socio-démographiques issues du recensement INSEE de 1999, et sur des entretiens avec les acteurs sociaux des quartiers, les bailleurs sociaux, et des acteurs (locaux) de l’aménagement. Enfin, la participation au réseau d’aménagement numérique des territoires (RANT) a été source de débats et d’informations qui alimentent également cette étude.

Conclusion : L’étude des pratiques des TIC des habitants de deux quartiers d’habitat social met en lumière des lignes de partage de la société en fonction de la capacité des individus à tirer parti des opportunités offertes par les outils de communication. Le concept de capital communicationnel pour désigner cette capacité permet d’introduire l’idée que la dimension communicationnelle de la société influe sur le destin des individus. Ainsi, au même titre que le capital économique, le capital social et le capital spatial, ce capital communicationnel est un élément fondamental de la position des individus dans la société et de leur capacité à s’approprier leur destin. Dès lors, la prise en compte de ces multiples fissures numériques devient incontournable dans les politiques visant à raccrocher les personnes ou les territoires marginaux (en dehors de la norme, ou proches des extrêmes statistiques). Les paramètres à prendre en compte sont nombreux comme le sont les freins à la diffusion des usages. Agir en faveur de l’éducation, de l’alphabétisation, de l’adaptation des outils afin de les rendre accessibles aux handicapés, sont autant de pistes à suivre pour l’universalisation des usages d’Internet.

Un regard rétrospectif sur l’histoire des réseaux techniques des premiers temps de l’urbanisme rappelle le rôle de la puissance publique et de la réglementation dans l’universalisation de leur accès. Si le déploiement des infrastructures de télécommunications ne suffit pas à développer les usages, contrairement à celles de ces premiers réseaux techniques, et si l’accompagnement humain est une dimension essentielle, intégrer l’aménagement numérique et l’offre de services de télécommunication dans le logement ne peut que lever certains freins à la diffusion de ces usages. Faire entrer Internet dans la sphère domestique pour tous, de la même façon qu’il s’est invité naturellement chez ceux dont le capital économique, culturel, social prédisposait à l’adopter est bien l’enjeu de la prise en compte du numérique dans la construction, mais aussi dans l’habitat existant.

le 9 avril 2008 par Margot Beauchamps
modifie le 20 octobre 2008

Notes

[1] Les photos et schémas ont été enlevés pour alléger le fichier

Documents disponibles

Saisissez votre message