De l’intérêt du réseau de compétences

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 2645 (2 par jour)
A jour

De l’intérêt du réseau de compétences



Le miracle, et oui s’en fut un, se produisit dans un grand éclat de lumière jaillissante avec « mais oui, je n’y avais pas pensé…c’est vraiment pas bête » …

Lors d’une récente session de formation menée auprès de Directeurs de Ressources Humaines et de Responsables RH, quelle ne fut pas ma surprise de m’entendre interpellé par un des participants, DRH d’une filiale d’un grand groupe français, pour me demander ce que je ferais dans « sa situation » ?

En effet, connaître les règles légales, législatives, procédurières, etc. ne lui semblait plus suffisant pour résoudre son problème car directement impliqué dans une relation individuelle de blocage systématique avec les représentants d’un syndicat dit de « lutte ».

La discussion lancée parmi le groupe, quelle ne fut pas ma « re-surprise » de découvrir des savoirs faire « efficaces » parmi les responsables de Ressources Humaines présents.

Ces RRH qui officiaient dans des structures plus petites (pour certains les effectifs étaient 12 fois moins importants que ceux gérés par notre malheureux DRH) étaient, quant à eux, des « spécialistes » du terrain.

Le miracle, et oui s’en fut un, se produisit dans un grand éclat de lumière jaillissante avec « mais oui, je n’y avais pas pensé…c’est vraiment pas bête » (sic) de la part du DRH.

La solution évoquée et qu’il s’appropria en l’adaptant à sa propre situation lui sembla audacieuse, et l’ensemble des échanges le conforta dans une synthèse « opérationnelle » qu’il se promit de mettre en œuvre au plus vite.

Très récemment, aux dernières informations, le problème de blocage chronique soulevé par ce DRH serait en voie de résolution « définitive ».

Quelle morale à cette histoire ?

Oui, bien sûr, on a toujours besoin de plus petit que soi ! Mais ce n’est pas tout !

La morale de l’anecdote, vue de mon côté, est celle-ci : Parce que le DRH a eu le « courage » d’exprimer son problème auprès des autres, malgré le fait qu’il aurait pu se considérer comme ayant plus de poids vu son statut, il a su en recherchant une information pratique faire son choix dans des solutions traitant de problèmes similaires au sien. Il a sut, également, s’ouvrir en quelques instants à toute une « banque de données » opérationnelle auprès d’homologues désireux de partager leur expérience et savoir-faire, et de continuer les échanges au travers d’internet. Son choix fait, la réponse à une problématique qui durait fut fructueuse pour chacun.

Que se serait-il passé s’il avait gardé son problème pour lui tout seul ?

Il y a de fortes chances qu’à aujourd’hui il serait encore à se demander « où aller chercher une solution ? » qui réponde à son problème.

Avoir « goûté » aux « effets-réseau », fait qu’aujourd’hui, selon ses dires, il se rapproche des autres avant certaines prises de décision afin de ne plus se sentir seul face à l’incertitude du bien fondé d’une analyse ou d’une prise de responsabilité.
La prise de décision reste toujours de son seul arbitre… mais plus informée qu’auparavant.

Utiliser le réseau de compétences, outre un acte volontaire, est avant toute chose un acte d’humilité (« je ne sais pas tout » !) mais aussi un formidable acte de partage avec les autres. S’enrichir en partageant n’a jamais été aussi vrai.

Ce simple témoignage d’une situation vécue qui illustre d’une certaine façon les affres du dirigeant face à la décision ou au manque de savoir faire, n’a pour simple but que d’informer sur les « bénéfices » que peut apporter le partage d’informations et le réseau.

Les supporters du Knowledge Management apprécieront certainement.

Si d’aventure une question sur un aspect opérationnel vous « démange »… laissez-vous aller à la poser sur le réseau.

le 28 mars 2005 par Gabriel Lévy-Bencheton
modifie le 27 juillet 2009
Mots clés associés
Saisissez votre message
Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)