Création de valeurs, Territoires numériques, Usager acteur, Opérateur Local - Club Optique - Exploitants de réseaux et opérateurs - Déc 2011

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 14177 (31 par jour)
Conférence

Création de valeurs, Territoires numériques, Usager acteur, Opérateur Local - Club Optique - Exploitants de réseaux et opérateurs - Déc 2011


Ci-dessous les visuels de mon intervention lors de la rencontre du 8 déc 2011 : Club Optique, contactez les intervenants - Exploitants de réseaux et opérateurs - Afpa - Champs-sur-Marne

Valeurs Territoires Usagers Operateurs - Club Optique - Wirkers-2011.001

Valeurs Territoires Usagers Operateurs - Club Optique - Wirkers-2011.001


Témoignages de la rencontre

  • Comment se déclarer opérateur ? Les opérateurs télécoms, les opérateurs mobiles virtuels (MVNO) et licences de marques, etc - Jean-Michel MUR - Club Optique
    • Bonne nouvelle : abonnés Ftth et Fttb augmentent et très bone : il en reste 21,8 millions à basculer.
    • Marché télévision augmente.
    • Opérateur : exploitation d’un réseau de télécoms ouvert au public ou fournissant au public un service de télécoms.. Dans les faits, la définition Arcep est très ouverte et libre. Début nov, 1150 opérateurs déclarés.
  • Raisons d’être d’un opérateur de fibres noires. Exemple de Telcité, filiale télécom de la RATP - Bertrand LENOIR - Telcité, c’est 1 600 km de lignes qui épousent les voies du RER et du métro et qui sont louées aux entreprises mais aussi à des fournisseurs d’accès Internet Free, SFR, Bouygues Télécom..
    • Telcite. créé en 1997 /20 personnes / 18 millions CA
    • Filiale 100% ratp pour valoriser emprise et mutualisation
    • 1600 km câbles / 70000 km fibres monomodes G652 / 400 points, d’accès très adapté à la collecte
    • Interconnexions : data-centers, réseaux fibres noires, opérateurs, sites satellites
    • Location fibre nue ou câbles dédiés ou droit d’usage IRU sur 10 - 15 - 20 ans + maintenance (considéré comme un investissement en Angleterre)
    • Il faut desservir le client sur son site ou en interconnexion avec des gestionnaire d’infrastructure ou via le réseau d’égouts. Partage d’infra possible. Dernier cas faire du génie civil… mais c’est plus cher.
    • Présent avec des opérateurs pur player se développant uniquement sur les services.
    • Telcite est sur la couche 0. Il n’y a pas de composants actifs.
    • Telcite est dédié a l’extérieur. La Ratp a son propre réseau.
  • Raisons d’être d’un opérateur d’infrastructure et de services IP. Exemple de Néo Télécoms - Didier SOUCHEYRE - Néo Télécoms exploite, depuis 2003, son propre réseau européen de transport de données IP/MPLS d’une capacité supérieure à 500 Gbit/s et opère plus de 2 000 m2 de salles d’hébergement informatique.
    • 25% de croissance par an , avec rentabilité permettant autofinancement… 50 personnes
    • 2e opérateur de transit IP , 400 clients.
    • Métiers :
      • Fibre Optique : 350 km capacité minimum de 432 brins : interconnexion fibre noire, Neo WDM ( services allumés), transports inter-data-centers IP/FC/SDI. Réseaux en milieu protégé via les égouts. Boîte de raccordement tous les 300 m.
      • Opérateur IP : présents dans 25 villes sur 10 pays européens, 50 data-centers raccordés. On va « Poper » le max de régions… Neotelecoms opère son propre réseau IP AS8218. 1000 sessions de peering actives… et plus de 90% des opérateurs internet. Réseau natifs IPV6. Déploiement voir infogérence de réseaux de clients.
      • Offre hébergement data-centers : 10 à 15 data-centers en région d’ici 2ans (moyenne de 500 m2 d’hébergement haute densité pour mutualiser client) , services cloud (infra haute disponibilité à la demande, stockage et sauvegarde données critiques en ligne, secours pour réplication PRA/PCA), 1500 m2 hébergement région parisienne.
    • Partie grand public de services vont être rejoint par des services à la personne (santé, proximité) avec de très gros volumes… 80% des données viennent des utilisateurs. Positionnement aussi sur le traitement des données dans des fermes de serveurs virtualisables sur des terminaux et tablettes…
  • Comment peut-on devenir un « opérateur de villages » en Seine-et-Marne Netopi - Fai Associatif - Francis MONESTIER Université de Marne-la-Vallée - Tous les éléments et réponses concrètes seront présentés : création d’une association, réseau de collecte, infrastructure d’hébergement, point de sortie vers Internet, génie civil, etc.
    • Noyau dur de personnes motivées, bénévoles, se prendre en main, fournisseur d’accès, partager nos connaissances en construisant les services…
    • Présence des technologies palliatives peu performantes, habitat concentré, présence réseau DSP Conseil Général Sémaphore 77.
    • Déployer Fibre optique en appui aériens et profiter réfections chaussées et extension aménagement pour déployer fourreaux… FTTH pour tout le monde a terme et mesh si besoin.
    • Souscription bande passante niveau 2 sur TH2. Interconnexion entre baie Covage et Partenaire Enix.
    • Ressources via OpdOp coopérative d’opérateur d’opérateur
    • Réseau : www.FFDN.org
    • FTTH « do it your self », Cost Killing pour infra solide a coûts modérés.
  • FriendlyTR69, une suite logicielle pour les opérateurs - Yann LE BACCON - BNS France Distribution - Destinée aux exploitants de réseaux, FriendlyTR69 automatise le déploiement et supporte les services voix, données et vidéo. Cette plate-forme gère plusieurs types d’équipements : modems, routeurs, GPON, IP TV, VoIP, caméras, femto cellules, etc.
    • Pilotage produits voix et données, protocole TR069
    • Permet mettre en service infos et la remonter au serveur de configuration… fait le lien entre client-abonné et opérateur. Comprend moteur, portails et management avec api.
    • On peut ainsi donner en partie la main au client… en automatisant le déploiement et prévenir les problèmes techniques chez les clients… avec la fidélisation par qualité d’expériences.
    • Le produit fait le travail seul, on peut provisionner une page de présentation, version de contrôle sur les produits pour monitorer les clients en contrôlant l’accès, et support préventif.
  • Prise en compte nécessaire des usagers - Jacques CHATIGNOUX - Opérateur, Facilitateur, Animateur de réseaux  : l’usager-acteur, qu’il soit habitant, nomade ou en transit, et l’interactivité associée. Importance du rôle des opérateurs locaux dans l’aménagement et le développement des territoires numériques. Me contacter pour développement.

1- Création de valeurs et Improbables numériques

      • Monde en accélération, instable, initiatives à foison, immédiateté des interconnexions…
      • Un opérateur local interconnecte les énergies, les projets, les potentiels… Nombre d’acteurs publics et privés jouent ce rôle d’opérateur local avec un volet numérique plus ou moins prégnant. Les modèles économiques ne se situeront plus uniquement selon les modes dominants actuels n’intégrant pas l’usager comme vecteur de valeur (consom et product’acteur).
      • L’usager / client a la main via notamment sa géolocalisation mobile, n’appartient plus à des réseaux structurés. Usager = Manager = Actionnaire.
      • Création de Valeur - au-delà des leviers classiques de la performance de l’entreprise (coûts, opportunités, distribution, protefeuille produits…) : montée d’éco-systèmes communautaires de flux d’informations partagées, autour des pratiques numériques et d’une relation de confiance refondée : retour d’investissement (objectifs ‘métiers’) et retour d’expérience positif (objectifs ‘client’). » Cf par exemple l’extraprise (les frontières entre l’interne et l’externe tombent pour que l’entreprise et ses employés puissent travailler de façon transparente avec ses partenaires, fournisseurs et prestataires) « L’héritage de l’extraprise pour les écosystèmes de collaboration et les réseaux EtoE ». La valeur devient a-localisable. Elle n’est plus dans les réseaux techniques, mais chez les usagers et les contenus imaginés ou valorisés par eux dans une logique de production d’informations ou de services.
      • Improbables en devenir : ardente obligation de chaque dirigeant(e) pour disposer de marges de manoeuvre, situer les ruptures à venir. Dans un univers de réseaux a-centrés : intersection de disciplines pour combiner des potentiels… logiques ou critères jusqu’alors inusités… volet « incubateurs » de l’inédit… changer ses repères, prendre la tangente ou les chemins de traverses… valeur à la périphérie de l’entreprise… Travailler les signaux faibles…
      • Lever le nez du numérique technique… et viser l’usager numérique final, bientôt téléspect-acteur (chacun devenant son propre diffuseur).

2- Culture aménageur, ingénieur, urbaniste - Ville numérique acentrée

      • Monde des certitudes s’effondre / Posture plus sceptique, ouverte sur un monde en mouvement, dans des contextes relationnels plus exigeants. Interpeller face au choix à opérer en matière de déploiement de réseaux, de perspectives urbaines, d’organisation des mobilités qui s’inscrivent dans le moyen et long terme.
      • Déployer de la plasticité / souplesse des technologies réseaux versus déploiement… pour contribuer à créer de la valeur.
      • Quelle « employabilité technique » dans un monde acentrée ?

3- Stratégie numérique en réseaux : art de la surprise et du décalage

      • Lien entre modernité et déviance - On est toujours moderne après coup - . Sollicitation et maîtrise de la capacité d’attention dans un univers saturé de flux d’informations (force du bruit et des banalités… quête du signal faible). La surprise et le décalage sont deux entrées pour capter l’attention de l’utilisateur final… Régulièrement « régénérer » elles peuvent fidéliser voir rendre addict.
      • Travailler le choc des cultures et les décentrements qui en résultent.
      • Comme « producteur-acteur » les usagers / consommateur peuvent aussi surprendre les acteurs « installés » du numérique. A ces derniers de voir comment ils peuvent alors faire « alliance » dans une logique de reconnaissance mutuelle d’utilité.

4- Savoir gaspiller, diversifier, ménager les territoires numériques

      • Les territoires numériques sont des communautés d’identités inscrites dans des échelles / topographies malléables et discontinues. Comme les produits / services / humains… ils ont un cycle de vie (avec un rythme et des soubressauts accélérés). Ils ont aussi une valeur marchande plus ou moins commercialisable et évolutive selon la réputation, les points d’appui entrepreneuriaux et l’employabilité des habitants / usagers. C’est probablement en « gaspillant des territoires » que l’on apprend à dessiner l’avenir.
      • Rapport entre technologie et urbain : "La question est donc de regarder comment nous urbanisons la technologie, comment nous adaptons ou essayons d’adapter la technologie à la ville ?… Comment peut-on penser la ville en la hackant ?… Les technologies embarquées s’adaptent aux pratiques de chacun dans un bâtiment, mais cela désurbanise l’espace plus large de la ville. Et ce d’autant que, bien souvent, ces systèmes intelligents sont fermés pour être maitrisés alors qu’on les incorpore dans le système ouvert, incomplet, non terminé qu’est la ville. Ce sont des systèmes fabriqués avec la logique de l’ingénieur et l’ingénieur n’est qu’un des utilisateurs de la ville. Comment la logique d’autres utilisateurs interagit-elle avec cette logique ?” - Saskia Sassen - Est-ce que la technologie désurbanise la ville ?

5- Dév Local = citoyen, consom & product-acteur, usager numérique géolocalisé

      • La géolocalisation en contexte mobile donne la main - interaction, production - à l’usager sur nombre de situations interférant avec le déroulement des stratégies des collectivités comme des entreprises. L’usager devient l’égal du manager et de l’actionnaire…
      • « Communautés virtuelles caractérisées par le »lien faible«  qu’elles permettent d’entretenir - Convivialité en »relation individualisée à la société = restructurer le lien social - âge de l’individualisme en réseau. Internaute comme un »colon" du virtuel, certes rattaché à une immense colonie, mais doté d’une légitimité et d’un pouvoir isolés. Il lui arrive, par la suite, de s’allier pour accroïtre ses forces. [1]
      • « Processus d’individuation, qui tend à dissoudre les collectifs au sein desquels l’individu se trouvait défini… Se prémunir ou conjurer de nouveaux risques envahissants… moteur de la mobilisation… » [2]
      • Jouer les commodités… le minimalisme… les diversités… Conforter la main à l’usager final (consom et product-acteur)… enrichissant le rôle, les fonctions, et performances des concepteurs, intermédiaires / médiateurs du numérique.

6- Pratiques numériques de travail - Localisation - Usages au coeur

      • A toutes les époques, les modalités d’organisation du travail et les valeurs associées ont structuré les mobilités, les sociabilités, les circuits d’échanges, la localisation des activités et des lieux de vie… Nous sommes dans l’ère numérique… mais hormis l’immédiateté et encore dans la multitude … il est bien difficile de cerner demain. Il faut jouer la diversité, l’expérimentation et ne pas rester « buté » ni sur une technique, ni sur un concept et encore moins sur « une bonne pratique repérée ici ou là ». Le monde numérique se joue peu avec les terminologies éculées des 19e et 20e siècles.

7- Créer de la valeur - Eco-système du Premier Mètre

      • C’est une inversion des logiques d’actions. La valeur étant créée chez ou par l’usager (en posture consommateur ou producteur)… nous rentrons dans une société formatée par la demande et non plus prioritairement par l’offre. Le tout s’appuyant sur du vécu, de l’expérience utilisateur quasi immédiatement partagée, avec une composante renforcée sur la fragmentation des interlocuteurs comme du marché.
      • Les enjeux sont alors culturels pour les métiers traditionnels et difficile à envisager via un cheminement en déviance. Il faut respecter les étapes de la métamorphose.
      • La notion d’éco-système (à l’opposé des rentes de situation) aisément perceptible dans un contexte « métier » (corporatisme / solidarité / avantages) ou très localisé (identité / solidarité / anecdotes / toponymie du 1er mètre) , est difficile à cerner dans nos contextes numériques où les quêtes d’identités factuelles se mêlent aux postures adictes, affectives, créatives… C’est pourtant là que se créent les valeurs économiques d’Apple et probablement Free, en similitude avec les comportements communautaires des réunions Tupperware [3] … On en trouve aussi dans les milieux de l’alimentation ou du vestimentaire ; et bien sûr dans tout ce qui est sentiment d’appartenance à tel ou tel territoire ou bout de terroir.
      • Qui peut articuler les facteurs porteurs / innovants… les prémisses pour faire émerger des éco-systèmes locaux ? Jouer la diversité des maîtres d’ouvrage et maîtres d’oeuvre locaux.
      • Les clients et fournisseurs traditionnels du numérique sont en « concurrence de valeurs » avec les « ressources contenus » des usagers finaux. La chaîne de valeur se déporte vers l’articulation interactive des pratiques de consommation et vers les initiatives de production localisée (réseaux / services).
      • Les poucets numériques deviennent grands / forts / agiles… en concentrant valeur, identité et fidélité au bon endroit.

8- Liens  : A explorer ci-dessous

    • Installateur / trice de réseaux câblés de communications
    • Technicien / ne de réseaux câblés de communications
    • Fibres optiques raccordements et mesures
    • Mesures de liaisons fibres optiques
    • La colonne montante FTTH
    • Câblage des boitiers de protection d’épissures
Haut de page

Liens suggérés :

Haut de page

le 8 décembre 2011 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 3 février 2012

Notes

[1] La géopolitique d’internet par Solveig Godeluck - Ed La découverte

[2] Le temps de l’engagement pluriel , Jacques Ion, Revue Sciences humaines hors-série N°39 déc 2002 / janv-fév 2003 Page 58

[3] Cf enquête Credoc : « A l’heure d’internet, la vente directe à domicile croit de 8 à 10% par an… Finalement quoi de mieux qu’une bonne copine pour vendre un produit ? ».… « Ce qui fait le succès, c’est le système de commerce de proximité, de convivialité, on revient au cocooning et les gens ont besoin de temps pour découvrir et tester les produits. Mais il faut un produit de qualité, sinon cela ne fonctionne pas » explique Jacques Cosnefroy Délégué général de la Fédération de la vente directe. Les boutons « j’aime » des réseaux sociaux… n’ont vraiment rien inventé !