Building 360 / Odebit 2011 / Intelligent Building System… Usagers Oubliés

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 7203 (15 par jour)
En débat

Building 360 / Odebit 2011 / Intelligent Building System… Usagers Oubliés

Dommage ! Ces trois manifestations semblent occulter, sur le long terme, le point de vue de l’usager acteur et l’interactivité associée.
Explorateur des pratiques numériques [1], nous nous attendions, certes à diverses techniques sur les bienfaits et les solutions innovantes de tel ou tel protocole, connectivité ou technologie… sur le respect des normes, sur les questions de sécurité, de régulation, sur la qualité des services fournis à l’exploitant pour assurer en directe ou gestion à distance, un bâtiment durable, économe en énergie… sur la performance des produits ou softs… et l’écoute probable des usagers en amont dans la conception de certains produits…
Mais rien… sur le rôle de l’usager [2], au-delà de la conception, dans cet enjeu majeur et pérenne d’éco-citoyenneté pour construire des bâtiments, lieux ruraux et villes dites durables !
La pensée et les actions présentées, dissocient classiquement fabricants / intégrateurs, analysent un bâti moins comme « lieu de vie » que comme un objet nécessitant automatismes et contrôles des fonctionnalités, réactivité sur l’efficacité énergétique, la production de Co2… C’est oublier principalement le lieu de création de valeur et de rentabilité d’aujourd’hui : les éco-systèmes… Ils nécessitent la remise en question, dans notre époque numérique, des modes de pensée et de développement de produits. L’usager final (habitant, nomade, en transit) ferait-il peur en tant qu’acteur en continu ? [3].
Nous sommes déjà dans une organisation sociale et urbaine connectée et communicante.
Certains nous l’ont confessé discrètement (sentant confusément le sujet… mais « bloqué dans leurs élans par des directions d’entreprises sans doute »frileuses"), d’autres sont rester coi à la seule évocation du mot ! Nous n’avons même pas osé parler de crowdsourcing ! Pas davantage du concept « Design Pour Tous » pourtant boosté par la recherche française. Est-ce à dire que cette vision réductrice de l’usager-acteur en continu refléterait la nature des relations internes RH dans l’entreprise ?
Heureusement… en les comptant sur les doigts d’une main… certains ont « tilté », ouvrant la voie à une action exploratoire décrite ci-dessous.

Bien triste ce type de manifestations… Même le débat sur le très haut débit dans les logements semblait absent… Signe des temps de doute ou réalité du non-déploiement ?
On est loin des époques vibrantes connues en ce lieu du Cnit à l’aube de la révolution informatique… avec ses innovateurs, techniciens et commerciaux attachants… vantant leurs entreprises.
La révolution verte et numérique, serait-elle triste, fade, froide comme la seule technicité des sujets abordés par le monde des ingénieurs et commerciaux du moment ? Les bâtiments « développement durable 2.0 » ne font guère rêver ! Les industriels sous-estiment ce qui fondera, en contexte numérique, la valeur ajoutée des marchés domestiques, tertiaires, industriels… Et pourtant on nous parla avec un certain plaisir de béton transparent, d’automates, de tissus actifs… demain peut-être interactifs !
Dommage de ne pas avoir situer le sujet aux 360° annoncés… Le tout à très haut débit.


Quelques repères

  • Les hôtesses scannent encore votre badge à la main !
    A l’heure des smartphones comme futurs terminaux de paiement, plutôt négatif comme image… [4]
  • L’intelligence building est certes dans l’architecture des bus numériques, certains automatismes et contrôles… mais bien trop peu d’informations sur l’interopérabilité ou l’usage de code open source… Chacun vit (à quelques exceptions significatives) son système comme « le plus, voir le seul performant » : le crédo des commerciaux présents. Etrange cette vision d’un monde fermé ? [5]
  • Un exposant nous confiait que la seule façon d’introduire l’usager dans la « co-gestion » du bâtiment était de le « badger » de puces rfid ou d’installer partout des capteurs… Horreur nous dit un autre… on ne peut quand même pas « fliquer » tous les usagers ou personnes en transit dans un bâtiment voir autour !
    A l’évidence, la question du respect de la vie privée est un vrai débat et dans les mondes numériques il est souvent posé. La réponse n’est ni automatique, ni facile [6]. Tout d’abord le développement de la géolocalisation s’impose tant par la masse de données et son traitement dans la ville numérique (cf le récent positionnement d’IBM sur le sujet). Les acteurs irrespectueux de cette vie privée comme Facebook sont montrés du doigt et cette question devient un élément de l’appréciation financière des sociétés [7]. Conjointement nous sommes dans une société de plus en plus interactive et rien que notre mobilité téléphonique nous fait suivre en permanence par les opérateurs de téléphonie ! [8]
  • Rien sur le fait que le bâtiment soit le point de départ / arrivée de toute mobilité physique ou numérique ! En somme dans ces manifestations, le bâtiment n’est quasiment jamais recontextualiser dans son milieu de vie… Peut-on créer de l’innovation et de la valeur en restant sur son île déserte ?
  • La gestion « e-durable 2.0 » d’un bâtiment est encore moins vu comme un élément d’un îlot urbain, d’un quartier ! Surprenant que les collectivités locales n’expriment pas davantage cette préoccupation à l’heure des éco-quartiers ?
  • Heureusement quelques approches pertinentes dans certains stands et conférences :
    • caractère global d’intervention sur des bâtis pour les rendre économe et intelligents quitte à en repenser les fonctions, l’architecture… Mais dommage de ne pas faire le lien avec le numérique et l’éco-système des usagers.
    • souci de quelques-uns d’agir avec pédagogie pour associer les salariés d’un bâtiment à la gestion de ce dernier via divers pratiques éco-citoyennes. Mais un bâti n’est pas fréquenté que par des salariés !
    • stand rassemblant divers concepteurs / intégrateurs autour d’un protocole de technologie radio sans pile.
    • habitat optimisé et maitrise de l’énergie et des services via une approche multi-zones avec prise en considération du confort d’occupation et des besoins des occupants (meilleure conception des interfaces Homme/Bâtiment)… mais quid de cette prise en considération dans le temps avec des occupants de plus en plus mobiles. S’il est utile d’écouter en amont ; une société numérique invite bien plus à une écoute permanente et dynamique.
    • intéressant d’affirmer : un écoquartier n’a de sens que si on accompagne et si on co-construit… mais là encore en continu… et c’est bien plus exigeant qu’aux seules phases de conception du produit.
    • sans doute plus riche est l’affirmation : il faut concevoir le bâtiment comme un service…
    • produire de l’information pour l’envoyer vers l’usager avec une batterie d’indicateurs de confort et d’utilisation… l’évidence… mais quelle interactivité du système pour prendre en compte les informations envoyées par l’usager (habitant, nomade, en transit) du bâti ?
    • le souci entendu de ne pas déresponsabiliser les occupants, au vu par exemple d’une baisse de la facture énergétique, ne peut se limiter à de l’analyse sociologique ou des actions pédagogiques. Il faut davantage rendre l’occupant acteur interactif des volets durables et numériques de son logement. Plus généralement il faut situer l’occupant d’un bâti (habitant, nomade, en transit) comme véritable partie prenante sur le long terme.

Certains de nos interlocuteurs furent en écoute voir sensibles au rôle, à la place à donner à l’usager…

… dans la conception / gestion de bâtiment durable, dans notre monde numérique : clusters, grand groupe, concepteurs / producteurs indépendants, association professionnelle industrielle…
Ils se reconnaîtront et nous les en remercions. C’est eux qui motivent la suggestion ci-dessous fondée sur les points suivants pour aller vers un e-bâtiment durable :

  • Rien ne se fera sans l’usager-acteur, dans notre monde de flux numériques d’informations. Lire à cette occasion MyData : renverser la relation consommateur, concrètement et méditer en termes de relation clients / usagers : « A terme, la règle doit être simple : si vous savez quelque chose sur moi, je dois posséder la même information et pouvoir l’exploiter.… Du “CRM” (gestion de la relation client), on passe alors, en quelque sorte, au “VRM” (Vendor Relationship Management, gestion de la relation commerçant) ».
  • Que ce soit en milieu urbain ou rural, un bâti non connecté à ce qui l’entoure ne peut guère être performant sous l’angle e-bâtiment-durable.
  • L’interactivité dans la gestion durable d’un bâtiment ne se résume pas à des capteurs, et autres automatismes de collecte et de contrôle… [9]
  • Aujourd’hui l’enjeu c’est « la télécommande à tout faire »
  • L’exploitant doit compter avec les usagers du bâti (sédentaire, nomade, en transit…) On le voit bien sur la façon dont les syndics d’immeubles doivent aussi interférer avec les habitants pour la gestion de la fibre dans les étages.
  • L’e-réputation des entreprises se fera de plus en plus sur la façon dont chacune traite / respecte / associe, sur le long terme, les usagers au sein de son éco-système (clients, fournisseurs, management de l’organisation, valeurs) et non dans les seules démarches de type « greenbuilding » [10]. Non seulement au sein de communautés vertueuses , mais aussi dans leur adhésion aux principes de la responsabilité sociale (Iso26000 ou Sa8000) et la fiabilité associée, exigée dans les relations contractuelles internationales.
  • Comment alors prendre en compte l’usager-acteur, sans se limiter à du bruit marketing via les réseaux sociaux ? [11]
  • Comment déployer des courbes d’apprentissage du « vivre interactif » ensemble : les technologies numériques, les objectifs d’un bâtiment durable, la gestion des ressources associées, la consommation ou le production de services associés ?
  • Puisque bâti, contexte urbain et mobilité sont indissociables : comment concilier la tendance à voir l’usager de plus en plus concerné / associé à des objectifs de partage et de caractère apaisé des cheminements dans les espaces publics et les voiries [12]… et des bâtiments qui seraient, en phase d’exploitation, dans des tours d’ivoires durables !
  • L’enjeu de notre époque numérique est bien d’interagir avec les usagers-acteurs : avant, pendant et après…

Rejoindre le réseau « E-Building Durable-WorkLabs »
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
Quels thèmes de travail souhaitez-vous rejoindre ? [Obligatoire] :
Quel type de participation attendez-vous du Réseau ? [Obligatoire] :
Quel type de contenu attendez-vous du Réseau ? [Obligatoire] :
[Obligatoire] :

Pour mémo

  • Exposants, Partenaires Building-360 : AIMCC - ALMADEA - AMORCE - APEE - ASSOCIATION EFFINERGIE - ASSOCIATION HQE - ASSOCIATION LES ECO MAIRES - ASSOCIATION PROMOTELEC - BATIADRESSES - BET SYNERGISUD - BOUYGUES CONSTRUCTION - CERIB - CYPE - ECONOVING - EMBIX - EVEA - FEDENE - FONDATERRA - FRANCE GBC - GREENOV CLUSTER San Val Maubuée - INTERFACEFLOR - LAFARGE - LOGICIELS PERRENOUD - MACC3 - MEDDTL - MEDIACONSTRUCT - NEMETSCHEK - NOBATEK - NTEC - OGER INTERNATIONAL - PLAN BATIMENT GRENELLE - PLANCAL FRANCE - PÔLE ALSACE ENERGIVIE - PROMODUL - SAINT-GOBAIN - UNITEC
  • Programme des Conférences
    • De l innovation à la qualification des professionnels : retour sur les actualités du Plan Bâtiment Grenelle
    • RT2012 : gros plan sur les bâtiments tertiaires
    • Nouvelles approches & solutions constructives pour la performance énergétique
    • Programmer, financer et garantir la performance énergétique
    • Réhabilitation énergétique de l habitat social
    • Nouvelles compétences pour le bâtiment durable : les enjeux de la rénovation énergétique
    • BIM, maquette numérique, logiciels conception/simulation/calcul interopérables
    • Maquette numérique (AIMCC) : valorisation des informations produits dans les logiciels métiers du batiment
    • Démarche HQE performance : évaluation des bâtiments dans une perspective de développement durable
    • Solutions pour la qualité environnementale de la construction
    • Introduction d innovations dans la construction : retours d expérience, bonnes pratiques
  • Liste des exposants à Odebit 2011 : 2BLightingTechnologies - 3I3S- ADEN- ADVA AG OPTICAL NETWORKING - ALTITUDE INFRASTRUCTURE - ALVARION - ARCEP - BE FREE NETWORKS - CATEL - CCIV - CLUB OPTIQUE - COVAGE - DIFFUSION INSTITUTIONNELLE - ELCON SYSTEMTECHNIK GMBH - EUTELSAT - FéDéRATION DES MAIRES DES VILLES MOYENNES (FMVM) - FORUM ATENA - FORUM OPEN-IPVIDEO - GITEP TICS - GLOBAL SECURITY MAG - HUAWEI - ICTL LIAISONS OPTIQUES - INFRACTIVE - ITESPRESSO.FR - ITOCHU FRANCE - LA VOIX DES COMMUNES - LASER 2000 SAS - LE NOUVEL ECONOMISTE - LETTRE DE VEILLE INTERNATIONALE - LOCALEO - LR NEW TECH - MANCHE NUMERIQUE - MAPPP - MICROSENS - NETMEDIAEUROPE - NOMOTECH - NORDNET - OZONE - QOS TELECOM - R’LAN - REVUE DES COLLECTIVITES LOCALES - SANEF TELECOMS - SILICON.FR - SLAT SAS - TACTIS - TELECOM PARISTECH - TELWAN - TERRITOIRE FIBRE - TOOWAY - VINCI ENERGIES MANAGEMENT - WAVETEL - WAVIN FRANCE NOVOTECH S.A.S. - WIBOX - WIZEO - ZYCKO - ZYYNE
  • Liste des exposants à Intelligent Building Systems : ABB FRANCE - ACOME - ADWAVE - AERGY - ALLIANCE ENOCEAN - ALLIANCE ENOCEAN FRANCE - AMX - ARC INFORMATIQUE - AREAL - ASSOCIATION KNX FRANCE - ATEMIA - B.TIB - B@TI-COM - BACNET FRANCE ASSOCIATION - BECKHOFF AUTOMATION - BELIMO - CENTRALINE - CODRA - CORONIS - CREARGOS - CRESTRON - CYBERARCHI - DELTA DORE - DIAXYS - DISTECH CONTROLS - ECHELON - ELECTRONIQUES - ELTAKO GMBH - ENERDIS - ENERGYICT - ERGELIS - ESIEE-AMIENS - ETDE - EU.BAC - GE ENERGY - GESTECBAT - GROUPE SUNASOL & ESIGHT ENERGY - HARTING FRANCE - HIDDENWIRES - HOMES - HONEYWELL - HOPPE FRANCE - IGNES - ILENA TECHNOLOGY - ILEXIA - INDUSOFT GERMANY GMBH - INEO - J3E - KEPFRANCE SAS - KIEBACK&PETER SA - LE MONDE DE L INDUSTRIE - LE NOUVEL ECONOMISTE - LEGRAND - LIFEDOMUS - LONMARK FRANCE - LOYTEC ELECTRONICS GMBH - LUTRON - MAINTENANCE TERTIAIRE - MBS- SOFWARE - METRECO - MIOS - NANOSENSE - NEWRON SYSTEM - OGER INTERNATIONAL - OMNIO AG - OPC FOUNDATION - PHOENIX CONTACT - QL3D - QOS ENERGY - REGIN - REGULATION FRANCE - REGULVAR - REVUE INGENIEUR - REXEL FRANCE - S2E2, POLE DE COMPETITIVITE - SAIA-BURGESS CONTROLS - SAUTER REGULATION - SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE - SES-AUTOMATION / S+S REGELTECHNIK - SOCOMEC - SOMFY - SONTAY LTD - SPIE - SVDI - TECHNILOG - THERMOKON - BELIMO - TRIO2SYS - UBIGREEN - VITY TECHNOLOGY - WAGO CONTACT - WATTECO - WIELAND ELECTRIC - WONDERWARE - ZIGBEE ALLIANCE


le 23 septembre 2011 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 28 septembre 2011

Notes

[1] En l’occurence nous étions sur la question des nouvelles pratiques des TIC dans le secteur de la construction (que ce soit le volet RH ou le volet conception et finalité produits) - Cf à ce titre sur le site francophone de la maquette numérique dans le Bâtiment le Bim’s Day .

[2] Cf le nouvel usager numérique par Louise Merzeau, chercheuse en sciences de l’information et de la communication - Cf aussi sur Interstices son interview - entre : réception (« la plupart de ces théories maintiennent une vision très bipolaire entre l’émetteur et le récepteur, sont très centrées sur un message clairement identifiable et finalement ce sont des théories qui dessinent plus une pensée de l’audience qu’une pensée de l’usage. ») - utilisation (« danger qu’il y a à limiter l’usage en termes d’équipement.… l’offre industrielle diffuse de moins en moins de modes d’emploi. Il y a rétention de l’information sur les manières d’utiliser, mais aussi les manières de réparer des machines plus anciennes. Cette question du savoir propre à l’utilisateur est aussi un enjeu politique, industriel et véritablement culturel ») - appropriation ("On oublie un peu la dimension culturelle, la dimension d’appropriation, celle de construction d’une culture par l’usage… l’usage n’était jamais complètement prévisible ou prescriptible“)

[3] Relire à ce titre les propos (l’usager du train… cet étranger) de la mère d’Henri Vincenot dans Mémoires d’un enfant du rail - Le livre de poche N°5651

[4] Cf “mobile sans contact” ou NFC (Near Field Communication)

[5] Nous invitons les acteurs à revisiter les tableaux de Magritte en particulier « La condition humaine » 1933 Huile sur toile actuellement au National Gallery of Art Washington (fenêtre à la perspective impossible jouant entre tableau et chevalet, multipliant les liens entre les objets et le décor. A méditer pour le e-building-durable.)

[6] cf Digital Due Process coalition menée par l’Electronic Frontier Fondation

[7] Cf les liens sur ces sujets dans « Pensez à préparer la rentrée numérique d’automne 2011 » : Réseaux Sociaux toujours fragiles question respect de la vie privée et sécurité ; Green Business : Les serveurs chauffent… de quoi réduire sa facture de chauffage : ; Informatique cognitive : SyNAPSE, la puce d’IBM qui se rapproche du cerveau humain. Voir aussi plus récemment Cookies Facebook espions : une révision du droit européen comme remède ? - Facebook exploite-t-il des cookies indiscrets pour collecter des données ? 

[8] Le téléphone qui en savait trop - Profiler un possesseur de téléphone portable, en se basant exclusivement sur ses déplacements quotidiens

[9] On méditera avec grand profit l’entretien de la sociologue et économiste américaine Saskia Sassen (Wikipédia), qui introduisait la 3e édition de la conférence Lift France Est-ce que la technologie désurbanise la ville ?  : “Les villes intelligentes mettent en oeuvre dans un système fermé la logique de l’ingénieur, avec des possibilités et potentiels limités. Elles ne rendent pas visibles les technos qui les constituent. “Or, pour être interactives, pour s’intégrer dans des écologies multiples, elles devraient plutôt être visibles, accessibles à qui les regarde ou les utilise”. La ville intelligente repose sur une trop forte obsolescence technologique qui risque de la rendre rapidement incapable de s’adapter, de réagir… Et de transformer les systèmes techniques en systèmes critiques. "

[10] Et bien sûr il est important de regarder aussi ce qui se fait à l’international ; par ex via la World Green Building Week, la semaine mondiale du « bâtiment durable » du 19 au 23 septembre prochain - Cf le rôle de la France 

[11] Cf à titre d’illustration la démarche sur les Labs Citoyens Leroy-Merlin se paye les labos citoyens - Cf aussi Les fab labs capitalisent

[12] Cf notamment la démarche Voirie-Pour-Tous : acquisitions de compétences et de savoir-faire sur les thèmes « Voiries, Espaces publics, Cheminements et Mobilités partagés et apaisés ».